Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2013

Roller Derby addiction.

Le roller derby, ce n'est pas simplement un sport. Le Roller Derby est une manière de vivre. Depuis que je m'y suis mise, ma vie est un peu toute changée. les symptômes sont les suivants :

  • Mes w-e ne tournent plus uniquement autour de ma séance d'équitation et ma vie sociale habituelle. Ils tournent maintenant autour des entraînements, des bootcamp, des matchs des grosses équipes parisiennes, des éventuelles rando roller dès qu'il fera beau...

 

  • En ce moment, avec mon homme, nous cherchons à déménager, un des critères qui pourrait être un plus seraitsi je pouvais aller au boulot en roller...

 

  • Et puis c'est aussi un gouffre à fric : nouvelles roues, fringues, places pour les matchs, déplacement pour les bootcamps... Sans parler des rendez-vous chez l'osthéopathe et des crèmes antidouleur... :)
    J'ai récemment dépensé un bras en matos (changement de protèc' pour mieux, nouveaux stoppers, nouvelles roues). Je n'ai pas pu aller au bootcamp de Nantes (snif) (mais l'an prochain c'est programmé), je ne pourrai pas aller à celui d'Angoulême ce week-end...

 

  • sur Facebook, tu as pleins de nouveaux amis : tous du monde du roller derby. Des gens croisés en scrimmage, en entraînement... Et tu like les pages de toutes les équipes du monde, tu es dans les groupes ayant pour sujet le roller derby. Pareil sur Twitter, tu follow tout ce qui passe en rapport avec le Roller Derby.

 

  • Tu penses même à te faire une page facebook avec ton derby name. Car c'est aussi un peu une 2e identité : ta derbydentité. Les gens commencent à t'appeler par ton derby name. Tu n'es plus une personne unique, tu es un bout d'équipe... :)

 

  • Tes soirées ont changé, tu en passes au moins une partie avec tes coéquipières. (l'esprit d'équipe se créé aussi autour d'une bonne bière). 

 

  • Tu regardes les vidéos de matchs, tu lis les blogs de roller derby.

 

  • Tu as de nouveau un(e) idole, un(e) joueuse(r) trop forte d'une grosse équipe.

 

  • Dès que tu vas à un endroit, tu check si ya pas une équipe de derby à qui tu pourrais aller faire un petit coucou, car le derby c'est aussi une grande famille.

 

  • Tu as également une nouvelle excuse pour esquiver : je peux pas, j'ai derby. (avec le poney je collectionne.)

 

  • Les gens te regardent différemment quand tu leur dis que tu fais du derby : tu passes soit par une lesbienne, soit pour une féministe, soit pour une bad-ass, soit pour une beauf, soit pour une tarée, soit pour une meuf qui déchire. (voir plusieurs de tous ces adjectifs à la fois.) Mais ce sport ne laisse jamais personne indifférent.

 

  • Dans la vie, tu vois des situations de derby partout : Quand tu esquives les gens dans le métro, tu te prends pour une jammeuse qui esquive les blockeuses. Ou bien une blockeuse qui vire la jammeuse si tu pousses tout le monde... En regardant un match de hockey sur patin récemment, je voyais les fautes du derby : low block, etc...

Et je suis bien sûre d'en oublier encore... Une manière de vivre, mais quand on aime on ne compte pas... :)

Commentaires

Oooh yeah! C'est pas une adiction, c'est un culte! Une religion! Une secte! On t'y attire, tu payes un max et tu réussis plus à en sortir :)

Écrit par : Ilse | 25/03/2013

Les commentaires sont fermés.