Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2013

Une équipe

Dans le derby, comme partout, y'a des hauts et des bas. Jusqu'à présent, dans le reste de ma vie, les bas j'me les gérai perso tranquillou. Mais avoir un moment de mou en équipe, c'est différent. 

Samedi y'a deux semaines, j'ai craqué comme une merde. Off skate, cardio, moi qui suis une quiche à me mouver correctement sur mes pieds (genre la course à pied c'est pas vraiment du tout mon truc), bah là, forcément, après en plus une semaine sans entraînement (ouais j'étais au ski, CA VA) le corps a pas suivi la volonté. Et donc on le connait tous un peu, ce moment où tu vas aux toilettes la tête basse en mode "HOLALA DIT DONC J'AI BIEN ENVIE DE FAIRE PIPI D'UN COUP". Juste pour aller t'écrouler son ton trône en pleurant de rage parce que "fait chier je suis trop nulle."

En équipe, le moment down est gênant parce qu'il ne dépend plus de toi, il a un impact sur une équipe, et de mon point de vue il faut donc que cet impact soit réduit au maximum. Pour moi, j'ai pas le droit de pas aller. Les crises de larmes comme ça j'ai pas le droit d'en avoir. Je trouve toujours que je réagis comme une mauviette. Alors que ce "jugement" n'est évidemment applicable qu'à moi-même, hein, je n'ai jamais pensé et ne penserai jamais qu'une coéquipière est une mauviette si un jour le moral lâche. Mais bon, l'exigence que j'ai envers moi-même est un autre sujet.
Toujours est-il qu'en équipe, à la différence de pas mal de bouts de la vie, t'es pas toute seule. Et ça, c'est un vrai changement pour moi qui ai toujours un peu tout géré seule émotionnellement parlant. T'as toujours une coéquipière pour voir que ouais tu tires la tronche. Pour te demander si ça va. Pour te suivre aux chiottes et t'en extirper. Et éventuellement pour essayer de trouver les mots quand tu as accepté d'admettre que non ça allait pas. Je suis pas habituée. Et cette douceur à la fois me touche, et me fait me sentir encore plus ridicule.

Parce que j'ai l'impression que je la mérite pas, cette équipe.

Mon équipe, j'commence à m'y attacher. Je connaissais personne au début, j'étais donc toute timide. J'osais pas trop. Et puis au fur et à mesure, j'ai appris à connaître mes coéquipières. Je continue d'apprendre, d'ailleurs. Ca ne fait que 2 mois. Mais autant dans la vraie vie j'suis pas une fille à filles et j''ai une majorité d'amis mecs, autant le derby c'est pas pareil. Oui les nanas c'est pas comme les mecs. Mais celles-là elles sont pas comme les filles non plus. Elles sont des panthers. Toutes différentes, toutes avec leurs qualités et leurs défauts. Toutes que j'apprend à apprécier une par une.  Et comme une adolescente qui a pas trop l'habitude des relations amoureuses, j'ai peur de mal faire. J'ai pas trop l'habitude des relations d'équipe (et de filles). J'ai peur de mes sentiments .

Ca fait un peu piou piou tout est beau tout est mignon, et peut-être qu'un jour je verrai les choses différemment, mais pour le moment c'est un fait :

Je la kiffe, cette équipe.

299168_330068447115077_2092324428_n.jpg

(bisous les meufs!) (et le mec!)

Les commentaires sont fermés.