Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2014

(ré) Apprendre la vie sans derby...

Bon. Ca fait donc 10 jours que je suis cloîtrée chez moi, le bras en écharpe, à tourner en rond. Alors au début, j'étais occupée à me dépêtrer de savoir comment tout gérer avec une seule main, et j'avais 2-3 trucs en retard que j'ai pris le temps de faire (trier des fringues, etc...).  Pour essayer de garder le moral, je regarde des films marrants et faits pour remonter le moral : Love Actually, UP, je me refais l'intégral de Kaamelott, je me refais des épisodes des Donjons de Naheulbeuk, et même quelques épisodes de LMDMF, à l'ancienne. Mais là, je commence sérieusement à me faire CHIER. Rester scotchée devant la télé, ça va 2 minutes. Lire un bouquin, c'est bien, mais au bout d'un moment bordel, faut se BOUGER LE FION. Mais je peux pas... Et j'ai l'impression de m'engraisser puissance mille. J'avais maigri dernièrement, sans trop rien faire d'ailleurs, merci le derby. Bah voilà, ton amaigrissement je me le mets au fion.

 Au final, on s'en fout : le gras, c'est la vie

Aujourd'hui, j'ai eu le verdict de l'orthopédiste (rdv torché en 2 min 30) : un mois sans sport, et encore 10 jours d'atèle... Putain mais je meeeuuuurs... parce que un mois, ça m'ammène genre PILE POIL à la fin de saison (adieu les 3 prochains matchs/scrimmages qui étaient prévus le mois prochain...), et à à peine quelques jours avant le Derby Revolution à Bruges. Autant vous dire que faire un bootcamp après plus d'un mois sans sport et à peine sortie d'une blessure, bah, c'est pas la bonne idée. Si j'écoutais pas ma raison, j'irai. Mais je galère tellement en ce moment, que bordel de merde, je refuse de me re-casser et de re galérer comme je galère en ce moment... Donc si par hasard y'en a par ici qui sont intéressées par un pass week-end à la derby revolution les 5-6 Juillet, je revends mon billet early bird... Ca me met la mort dans l'âme, mais malheureusement, des fois, il faut savoir être raisonnable...

derbyrevolution_FBbanner22.jpg

Alors bon, je prends mon mal en patience, et j'essaie de me trouver une utilité. Je vais line-uper au prochain scrimmage, je vais essayer de NSo-ter dans les futurs matchs des autres ligues, bref, je vais essayer de me trouver des trucs à faire pour pas déprimer et pour pas me sentir complètement un boulet pour ma team. J'appréhende déjà le retour en Septembre, où j'aurai grave pris du retard en termes de niveau de jeu, de patinage, etc...

mascot-fail-o.gif

Un retour sur les patins qui risque fort de ressembler à ça

Au delà de ça, je pète aussi un câble simplement de ne pas bouger. Je fais partie de ces gens qui ont besoin de se défouler, de bouger, de sortir. Pas de sport pendant un mois, c'est un calvaire pour quelqu'un avec un caractère comme le mien! Je tiens pas en place, j'ai toujours besoin de bouger... Déjà, je peux pas PATINER. Rien que ça, c'est la lose. Mais je peux pas monter à cheval NON PLUS. Même simplement courir ou nager, je peux pas. Au secours quoi, au secours... Je pensais avoir bouffé un paquet de Chiantos uniquement jusqu'à la semaine prochaine, well, ça risque d'être un peu plus long que prévu...

chiantos.jpg

Alors j'ai lu l'article de Brutale Brunette qui, le hasard faisant bien les choses, est blessée en même temps que moi. C'est vrai que pour une fois, je peux prendre le temps de voir des amis, j'ai été à un mariage samedi sans culpabiliser de rater un entraînement, je peux m'intéresser à autre chose que le derby... C'est pas mal, mais bon... Il manque quelque chose quand même. Il me manque un bout de moi... Sérieux, je faisais comment avant? Le derby a pris toute ma vie en otage, et maintenant, je sais plus faire sans...

Je sais pas si vouloir rester impliquée dans le truc est pas pire, finalement : je me fous la merde sous les yeux tous les jours, comme un mec qui meurt de faim à qui on met un gros bout de viande sous le nez. Je dois être un peu peu maso... Et j'en viens presque à me poser la question de savoir si je devrai pas abandonner, oublier ce sport que j'aime tant. Me recentrer sur mon sport "d'origine" : l'équitation. Mon père m'a dit l'autre jour "c'est bon, maintenant que tu t'es fait mal tu vas arrêter tes conneries?" Well... Nop. 

grumpy-cat-8141_preview_zps9177ab07.png

 

20/05/2014

Roller Derby m'a tuER.

J'avais des idées d'article en tête ces derniers temps, mais certainement pas sur ce sujet. Naïvement, j'espérais ne jamais avoir à parler de blessure au derby, être épargnée... Jusque là je n'avais eu que de petite blessures bénignes, j'espérais que ça dure... Mais le sort en a décidé autrement.

Samedi, nous avions un scrimmage contre les Simones d'Orléans. Niveaux relativement similaires, c'était vraiment sympa du coup comme jeu. (même si beaucoup de fautes n'ont pas été sifflées, la faute aux refs débutants qui faisaient ce qu'ils pouvaient... ils avaient au moins la qualité d'être là, et puis comme j'ai déjà dit : We All Start Somewhere) Les Simones ont un jeu assez puissant, mais rien d'insurmontable pour nous, encore faut-il qu'on tienne nos murs et qu'on fasse des bridges corrects, erreurs récurrentes depuis quelques temps et ça m'agace... Bref. Du coup le score était serré tout du long. On tournait à 11, puis à 10 en 2e mi-temps. Milieu de 2e mi-temps, je lâche un gros hit d'épaule dans la jammeuse adverse (Dee I Why, vous vous souvenez d'elle? :) ), et là j'entend "crac" dans l'épaule, avec une douleur vive... Mon hit a été tellement efficace que mon épaule n'a pas tenu le choc... Le scrimmage se termine (m'évitant de retourner sur le track, ouf), et la douleur augmente, augmente... J'en chie, je pleure, hôpital, je flippe que ce soit cassé, on attend 15 plombes, verdict : luxation acromio claviculaire.

acromio1-1.jpg

En gros, l'os de la clavicule s'est délogée puis relogé dans son axe dans l'acromion... Ca pique...

Chui arrêtée au moins 2 semaines et ma fin de saison est sûrement foutue... Soit au moins 2 scrimmages et un match en équipe mixée dans mon cul. Je suis dé-goû-tée. J'essaie de positiver en me disant que c'est pas cassé c'est déjà ça, et que 15 jours ou 3 semaines ou un mois c'est rien comparé à d'autres qui doivent subir des arrêts de 6 mois à 1 ans, des opérations, etc. mais malgré tout... Depuis samedi j'ai la rage, j'ai envie de tout casser, je m'en veux de pas avoir hitté avec les fesses plutôt que l'épaule, je m'en veux de lâcher les copines comme ça, je suis frustrée rien pouvoir faire toute seule, et je tourne en rond comme un lion en cage chez moi ... Bref j'ai le moral à 6 pieds sous terre... Sans parler du fait que je laisse aussi mes collègues de boulot dans la merde. Mais là ce message, ça fait déjà 2 jours que j'ai commencé à le taper d'une seule main, autant vous dire que c'est la merde pour bosser correctement sur un ordi...

computer destroy.gif

Je commence à me calmer doucement, mais j'appréhende le diagnostic final du médecin... Est-ce une luxation stade 1 (sans rupture de ligament) ou plus? (pour comprendre, wikipédia est ton ami). J'espère surtout que ce ne sera pas le genre de blessure qui finit par être répétitive et qui finit un jour ou l'autre par te faire arrêter le sport... Pourtant niveau blessure j'aurai jamais parié sur l'épaule avec mes genous et chevilles pourrites, mais quelque part c'est logique, à cheval les chevilles et genou bossent beaucoup donc se musclent, les épaules par contre... J'avais eu tendance à être moins assidue au renforcement musculaire ces derniers temps, bah le karma m'a eue...

Ce qui est "amusant", c'est que les gens ne pensent pas une seconde que j'ai pu me faire ça moi même en hittant, tout le monde croit que ça vient d'une chute... et bah nooonn, chui une bourrine et là je m'en mords bien les doigts... :/

Y'a pas longtemps, j'étais tombée sur un article sur les blessures, comme quoi on ne s'y attend jamais vraiment, qu'il faut faire attention, etc... sur derbyaustralia. J'avais réfléchis à comment je pouvais me préparer, etc... Mais finalement, effectivement tu ne t'y prépare pas, tu subis... Je n'avais fait jamais fait de sport "violent" jusque là, donc jamais de vraie blessure sérieuse. Et c'est vrai que quelque part c'est grisant : tu te sens forte, presque invincible! Mais tout corps a ses limites, jusqu'à présent j'avais plutôt bien géré les miennes, et puis finalement... La réalité est revenue au galop. En espérant que ça ne sera que la seule fois...

Cela dit, c'est là aussi où tu vois qui sont tes ami(e)s, et les autres. Celles et ceux qui s'inquiètent de comment tu vas et surtout qui essaient de te remonter le moral... Parce que là, j'ai bouffé un paquet de Chiantos x 1000 tellement je suis sur le nerfs. Heureusement que les ami(e)s sont là, pour me supporter et me faire rire un peu. C'est là où tu vois que l'esprit d'équipe passe aussi par supporter ce genre d'épreuve...

 

J'ai plus qu'à prendre mon mal en patience, bien faire comme le médecin dit pour bien guérir... Et revenir l'an prochain au taquet! En espérant ne pas avoir trop perdu, et ne pas trop pénaliser les copines... Allez, on y croit...