Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2015

Mes premiers pas chez les VRDL

J'ai rédigé cet article pour le suite 5seconds.fr, mais du coup je le poste aussi ici... :) Je vous raconterai mon scrimmage de départ des Bashing Banshees dans un prochain post, en attendant de nouvelles aventures chez les VRDL!! :)

Il y a quelques semaines, j’ai intégré les Victorian Roller Derby League, 4e équipe au monde, moi qui vient d’une petite ligue de banlieue parisienne, les Bashing Banshees d’Argenteuil. Gros changement, je vous raconte l’expérience…

vrdl-skater-logo.jpg

Le transfert, pas si compliqué que ce que j’aurai cru

Il y a quelques mois, j’ai décidé de tenter ma chance en Australie, pour différentes raisons personnelles. J’ai décidé d’aller à Melbourne, parce que j’y avais fait un semestre d’échange et que j’avais adoré l’expérience. Et un gros plus dans ce choix : à Melbourne, il y a la Victorian Roller Derby League. Tu sais, l’équipe qui est numéro 4 au monde, genre.

Donc j’ai atterri, et même pas une semaine après être arrivée ici, je suis allée à mon premier entraînement. J’avais fait toutes les démarches pour faire un transfert, pas très compliqué en soi : il faut juste remplir un formulaire indiquant tes motivations, et une lettre de recommandation de ton coach et de personnes qui gèrent ta ligue pour justifier de ta présence aux entraînements, ton implication dans la ligue etc. Transfert accepté, wouhou !

Après avoir échangé avec Calamity Miam sur toutes les démarches administratives d’inscription (oui oui, Calamity Maim des All Stars et de la Team Australia, celle-là même…), elle me propose de me pointer à l’entraînement du mercredi soir à 18h30.

Avant toute chose, remettons un peu le contexte : pour l’inscription, en France, j’avais juste un certificat médical à donner ainsi qu’un chèque. Ici, tu dois remplir encore un formulaire, t’inscrire sur le forum VRDL, lire les milles documents qui t’engagent à t’impliquer corps et âmes dans la ligue, à ne pas transmettre les entraînements des VRDL à tout le monde, à ne pas inculper la ligue en cas de blessure etc. Et aussi, faire un transfert pour ton inscription et l’assurance. Sachant que ça n’inclut pas, par exemple, l’assurance de l’ambulance qui peut te coûter jusqu’à 5000$ par transport… Bigre.

Dead Ring Rosies VS Rock Mobsters.jpg

Home team : Dead Ring Rosies VS Rock Mobsters - Credit photo : Davearnoldphotography

La découverte des locaux, et des coachs

Je me pointe donc à mon premier entraînement à l’endroit indiqué, la Factory. Je croise une fille sur le chemin qui me demande si elle peut venir avec moi à l’entraînement parce qu’elle y va aussi. Cool, une copine, en plus elle connaît le chemin. Une petite porte bleue qui paie pas de mine dans une zone industrielle, c’est ici. Et là, grosse claque : sol en béton ciré bleu et un track tout tracé. Oh, une deuxième salle ! Avec que des affiches VRDL partout ! Oh une troisième salle… qui pue, avec des protecs partout. Donc elles ont leur propre salle, avec un track permanent au sol, et un local pour laisser leurs affaires… Le rêve !

Je m’équipe, et comme Maim m’a dit, il faut que j’aille me présenter, ce que je fais. On me montre la coach, une grande avec une grosse mèche blonde à la Raw Heidi. Je me présente en expliquant mon cas. Et elle me répond, « ok welcome, I’m Tui ». Moi : « Tui Lyon ? ». Elle : « Yes, that’s it ! » Ok, je ne dis rien, je reste calme, en tout cas en apparence. Dans ma tête c’est « OH PUTAING OH PUTAING C’EST TUI LYON OMAGAD OMAGAD OMAGAD ».

Factory.jpg

Le track de la factory <3

 

L’entraînement du mercredi qui envoie du bois

L’entraînement doit durer 1h30, il est pour le niveau « Gold », soit celui juste avant de pouvoir être intégré aux Home Team, si j’ai bien compris. Tu as en gros quatre niveaux : Bronze (débutants), Silver (Intermédiaire), Gold (avancé), Platinum (Home Team). Et il y a six Home Team, 4 tous niveaux mélangés (Dead Ringer Rosies, Dolls of Hazzard, Toxic Avengers, Rock Mobsters) et 2 Travel Teams : les Queen Bees (équipe B) et les All Stars. Et contrairement à ce que beaucoup de ligues peuvent penser, en 1H30 tu peux faire vachement de trucs si 1/ tu commences à l’heure 2/ chaque exercice est chronométré et 3/ Si toutes les filles sont sérieuses et appliquées. Au bout d’une heure je suis déjà fatiguée, et je ressors de cette heure et demi crevée. Mais c’était cool, j’ai appris beaucoup de choses comme bloquer en arrière, je savais pas faire ! (Dédicace à Martine Painkiller et son « soleil » avec le bras appris au Bootcamp Mars Attrack à Nice, que j’ai pu appliquer lors de cet apprentissage…) J’enchaîne avec le 2e cours du mercredi ouvert à tous (la fatigue ? J’m’en tape), le cours d’endurance et d’agilité entraîné par Fag (aka Mary Fagdalene, All Star, elle aussi…). Travail sur les stoppers, en arrière, sauts, accélérations, etc… Tout y passe. Je ressors de tout ça lessivée. Mais heureuse !

Dolls of Hazzard.jpg

Home Team - Dolls of Hazzard - Credit photo : Davearnoldphotography

Premier scrimmage

J’ai du mal à savoir si je dois rester dans ce cours ou pas, et je ne sais pas quand je dois revenir. D’autres coéquipières me disent que samedi c’est scrimmage à 14h. Je me pointe quand même, on verra. Au final, je ne me débrouille pas trop mal pour une première fois, en anglais de surcroît ! On me fait jammer plusieurs, moi qui n’aime pas ça… Mais je m’en sors plutôt pas mal. Par contre, en bloqueuse, je suis limite fouled out avec six fautes. Dont deux fois où j’en prends deux d’un coup... Une fois parce que j’étais pas sûre d’avoir pris une faute, du coup j’ai attendu voir ce que disait les refs, résultat, le jam suivant a commencé et je n’étais pas en prison ce qui m’a valu un Delay of Game. Bordel. Cela dit j’aurai dû aller en prison par défaut, parce que je savais que mon mouvement était illégal, ça m’apprendra.

J’apprends par la suite que le ref est WFTDA Level 4 et je comprends mieux pourquoi il voyait les multiplayers avant moi et pourquoi j’ai fait des fautes que je ne connaissais même pas moi-même… Pour autant, quand à la fin du scrimmage, je suis allée lui demander des explications car je n’avais pas du tout compris la dernière faute qu’il m’avait sifflé, le mec était super sympa, ouvert et hyper pédagogue. Respect Monsieur.

On a enchaîné avec un entraînement d’une heure avec Clem (aka The Clemenist), joueuse chez les Queen Bees (équipe B des VRDL donc, mais quelle équipe B !!). Encore une fois, tout est chronométré, ça ne rigole pas. Je vais la voir à la fin, elle me confirme que je peux rester en Gold. Cool !

Dolls of Hazzards vs Toxic Avengers (Ivy K’nivey jam).jpg

Dolls of Hazzards vS Toxic Avengers (Ivy K'Nivey -Queen Bees- au jam) - Credit photo : Davearnoldphotography

Tu vas avoir mal, mais c’est pour ton bien

Le lundi, c’est l’entraînement mélangé Gold avec les Platinum et un peu tout le monde en fait. Des Queen Bees et des All Stars s’entraînent avec nous. OK ok ok… Bah autant vous dire que j’en ai bavé. On a bossé les murs en carré (classique pour les équipes de haut niveau), je ne l’avais jamais fait, je ne savais jamais où me placer, une horreur. J’ai eu l’impression de gêner tout le monde et d’être le boulet de l’entraînement tout du long ! A un moment, j’ai pris Biceptual pleine balle pendant qu’elle jammait, moi qui d’habitude suis très stable sur mes patins, j’ai littéralement volé, et mes hanches s’en souviennent encore. En gros : j’ai du boulot. Ces entraînements du lundi sont difficiles mais très formateurs !

Finalement, même si personne ne t’indique vraiment à quel cours tu dois assister ici, j’ai commencé à me faire des copines en Gold. On est pleins de joueuses transférées (London Rollergirls Rec League, Sydney Roller Girls, Queensland, etc etc). L’ambiance est studieuse mais plutôt sympa. C’est dur mais je m’accroche. A chaque entraînement, moi qui vient d’une petite ligue, c’est comme un bootcamp à chaque entraînement ! J’apprends une foultitude de choses. Parfois de l’ordre du détail qui change tout, parfois une technique complète toute neuve.

Je vais en baver,, je ne finirai sûrement pas chez les All Stars 'ou peut-être dnas 2-3 ans si je progresse vraiment vite et que je me blesse pas? On peut toujours rêver hein...) mais rien que de pouvoir jouer et aprendre comme ça, avec des coachs top qualité (On a même eu un entraînement avec Mick Swagger, Gotham Roller Girls, Team USA...) c'est un bonheur à chaque entraînement.

VRDL All Stars.jpg

La team All Stars - Credit photo : Davearnoldphotography

Les commentaires sont fermés.