Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2016

Remise en question

J'ai pas écrit depuis 3 mois, et pour cause. Ces 3 derniers mois n'ont pas été évidents, autant mentallement que physiquement. J'imagine que fallait que ça arrive. J'ai dû faire face à tout ça et du coup je n'avais plus la force d'écrire... Je commence à sortir un peu la tête de l'eau, je me suis dit que c'était le moment d'écrire un peu.

Comme je disais dans mon précédent post de blog, je galérais aux entraînements des Bees. Puis j'ai finit par me faire une entorse à la cheville mi-Mars. Une mauvaise chute, le pieds qui part du mauvais côté par rapport au corps. J'ai senti mes os se toucher, c'était pas cassé mais croyez moi que c'en était pas loin, que j'ai eu extrêmement peur et que j'ai bien douillé. Au final ce n'était qu'une "simple" entorse de degré 1 (donc pas de ligament arraché ou déchiré). Les Queen Bees avaient un match début avril contre Sydney, j'avais décidé que je pourrai jouer coûte que coûte. J'ai fait ma rehab correctement, je suis allée à tous les entraînement pour regarder, et j'étais la le jour J. Je dois admettre, mes médecins m'ont autorisée à jouer, mais j'étais limite et je le savais. En plus, ça a été un match intense, donc je n'ai eu que 4 jams, où je n'ai pas spécialement brillé car ma cheville était loin d'être à 100%. Les Queen Bees ont gagné mais pas grâce à moi, soyons clair. De toute façon l'équipe n'a pas brillé en général par son jeu. C'était dispersé, les gens ne jouaient pas ensemble, bref. Pas un beau match.

what is happening.gif

Mais bon, enfin j'avais joué un match avec les Queen Bees, c'était mon objectif, et malgré n'avoir eu que 4 jams en tout (comme 2 ou 3 autres joueuses), j'étais contente d'avoir été là. J'avais fait mon job, j'avais réalisé un rêve. Et ma cheville, même si pas à 100%, a très bien tenu.

Le lendemain matin on avait un scrimmage contre les Wizards, l'équipe masculine australienne. J'y suis allée confiante, en me disant que ma cheville allait bien. Et honnêtement, j'étais pas si mal jusqu'à ce dernier jam, à quoi, 30secondes de la fin, où leur jammeur me shoote dans le pieds, le pied repart exactement dans la direction de l'entorse, et je m'écroule. En pleurs, plus par rage et déception qu'autre chose... J'ai fait peur à tout le monde. Bon au final je n'ai fait "que" reculer de 1 semaine dans ma guérison, je n'ai pas empiré la blessure mais je ne l'ai pas améliorée non plus. Après ça j'ai été sérieuse et ai pris correctement mon temps pour revenir. Lesson learned, comme on dit... 3 mois plus tard je ne suis pas encore à 100%. Disons que je suis à 98%. Dans la vie de tous les jours j'ai aucun problème, sauf peut-être par moment où j'ai des crampes chelous mais rien de fou. Au derby par contre, je sens qu'elle est encore faible quand je fais des laterals, et je n'arrive donc pas à ne pas strapper pour le moment. J'ai trop peur de me refaire mal. Ca finira bien par revenir, je fais toujours mes exercices tous les jours...

ball muscu charlie chaplin.gif

Ensuite, il y a eu le Big O. Les Queen Bees y sont allées pour se tester en organisant des scrimmages contre des équipes B locales: Rose City, Angel City, et Denver. J'avais originellement prévu d'y aller, et puis je ne n'ai pas pu. Pourquoi? Parce que mon visa actuel ne m'autorisait pas à quitter le pays. Ou plus exactement, j'avais le droit de quitter le territoire australien mais pas à y re-rentrer. Su-per. Du coup, adieu rêve américain, j'ai été forcée de rester. Grosse grosse déception, mais je ne pouvais absolument rien y faire alors j'ai ravalé ma fierté, j'ai pris mon mal en patience, et je n'ai pu qu'essayer de les soutenir pendant qu'elles étaient loin.

Après ça, on a eu les sélections début Mai. Je flippais parce que je savais que ma place chez les Queen Bees était loin d'être assurée. Et le fait que je n'étais pas allée aux US en rajoutait une couche... Mais j'essayais d'être optimiste, en faisant des calculs savants de qui restait, qui arrivait, etc... Et puis je commençais enfin à trouver ma place dans l'équipe et à sortir un jeu correct. Enfin. J'avais donc plutôt bien progressé dans mon jeu. Du coup, j'espérais que ça passe peut-être, même si je savais que les chances étaient extrêmement minces. Bon, bah mes calculs ont été faux. J'ai été repassée en alternate B/C. Enorme déception. J'ai donné tout ce que je pouvais au premier quarter, j'étais là à 100% des entraînements, j'ai été positive au maximum, je me suis battue, j'ai progressé au mieux, j'ai soutenue mon équipe aveuglément, j'ai fait tout ce que j'ai pu, et malgré tout... Bah ce n'était pas assez. Ce qui a été le plus dur pour moi est que les choix effectués sont contestables. Ca a été un vrai coup dur. Vraiment. Incompréhension, tristesse, colère. Je suis passée par toutes les étapes, les mêmes qu'après une rupture amoureuse. Je ne pensais pas qu'une "simple" sélection pouvait m'atteindre à ce point. Mais malheureusement je ne peux rien y faire.

american psycho.gif

Ca fait maintenant un mois, et je commence enfin à vraiment être passée au-delà. Après cette sélection, je ne suis pas allée aux entrainements pendant quasiment 2 semaines, parce que le simple fait de me pointer à la factory me donnait des crampes d'estomac et me faisait pleurer toutes les larmes de mon corps. (Je dis ça parce que j'ai essayé une fois et ça n'a vraiment pas été le bon choix du tout.) J'ai fini par revenir petit à petit. Profiter des petits moments. Eviter les personnes qui étaient dans ce fameux comité de sélections (les capitaines), et éviter celles qui ont "pris ma place". Pas vraiment parce que je leur en voulais, c'était surtout pour ne pas me reprendre le truc en pleine face. Pour revenir doucement dans le derby, apprécier tout d'abord le sport et ma nouvelle équipe (remplie de personnes adorables) plutôt que de reprendre dans la face cet échec, avec tous les sentiments qui vont avec... J'ai fini par faire un peu la paix avec cette sélection. Je découvre qu'à ce niveau de compétition, la politique rentre aussi en jeu... Et que la politique n'est pas vraiment mon fort personnellement. Je ne peux pas être amie avec les bonnes personnes juste pour qu'elles aient un regard moins dur sur moi ou qu'elles considèrent qu'elles jouent mieux avec moi parce qu'on a des atomes crochus. Je fais mon maximum, je me bats, je me donne à 100%, mais je ne sais pas me résoudre à faire de la lèche pour arriver à mes fins. Ce n'est pas moi, et ça ne le sera (j'espère) jamais.

De toute façon, quand tu regardes les sélections des grandes équipes de sport au foot ou au rugby, il y a toujours de bons joueurs non sélectionnés pour différentes raisons. C'est un fait, chaque personne a une vision d'une équipe et du jeu différente. Je ne rentre manifestement pas dans les plans de celles qui ont fait les sélections. La roue tourne, espérons. J'espère ne pas avoir passé ma seule chance de pouvoir monter... C'est aussi ce qui me fait peur...

la roue tourne.jpg

Mais bon, soyons clairs, je suis loin d'être à plaindre: l'équipe C les Notorious VICs sont une excellente équipe, et ont bien plus de matchs que les Bees. L'ambiance y est bien meilleure aussi, et bonus je suis sur un jam sur deux en permanence car je suis dans le haut du panier en termes de niveau de jeu. En plus j'ai quand même le droit de m'entraîner avec les B, étant alternate. Donc je m'en sors pas trop mal et j'admets que globalement je prends plus plaisir parce que je ne suis pas constamment en train de stresser sur le fait qu'il faut que je prouve ma valeur, que je fasse mieux, qu'il faut que j'arrête d'être nulle, etc. Ceci dit, depuis ce nouveau quarter, les différences de point aux scrimmages contre les B se réduisent... Je dis ça hein... ;)

Enfin bon. Depuis, j'ai un peu le moral en yoyo: chaque match est un moment d'euphorie parce que je kiffe mon temps sur le track et ma nouvelle équipe, mais entre, le moral retombe et est envahit de mille questions. Est-ce que ça vaut le coup de continuer? Est-ce que finalement je n'ai pas atteint mon maximum en termes de niveau et que ça sert à rien de continuer à se battre pour rien? J'ai pensé à aller dans une autre équipe locale où je serai dans l'équipe A sans soucis. Mais bon, je n'aurai plus personne au dessus de moi pour continuer à apprendre... Et rien que pour ça pour moi c'est pas possible. C'était comme ça quand j'étais chez les Banshees et à l'époque si je n'avais pas quitté le pays je serai partie chez les PRG à cause de ça. J'espère juste que comme le comité de selection change régulièrement, en continuant à progresser, quelqu'un finira par voir que je peux encore monter... Que personne ne m'a reléguée au rang de celle qui ne peut plus progresser et a atteint son maximum.

you aint shit.gif

J'ai aussi pensé à arrêter complètement, mais je ne pense pas encore en être arrivée là. L'heure de la retraite n'est pas encore arrivée pour moi. J'aime trop ce sport pour ça. Il faut juste que j'apprenne et que je m'habitue à ce que c'est la compétition en sport d'équipe... Jusque là je n'ai fait de la compétition qu'en sports individuel (natation, équitation), et le couperet ne dépend que d'un temps réalisé sur un parcours, ou de fautes effectuées. Que de l'objectif, tout est basé sur la performance, rien de subjectif. C'est tellement plus simple. Au mieux tu t'en veux de ne pas avoir réussi à atteindre ton objectif, mais ton sort ne dépend pas de quelqu'un d'autre.

Enfin, depuis, il m'est arrivé encore d'autres tuiles. Ma grand-mère est décédée et je n'ai pas pu aller à l'enterrement en France (toujours le même problème de visa), ce fameux visa a été refusé et je dois donc repostuler au plus vite et ait du annuler des vacances en France pour voir ma famille et tout. Bref. Tout ça m'a permis de relativiser sur le fait que dans la vie, y'a pas que le roller derby, ce que j'avais un peu tendance à oublier. Que cette "non-sélection" ne veut pas dire que je suis quelqu'un d'horrible ou d'inintéressante ou nulle. Que je ne suis pas à plaindre. Qu'il y a bien plus grave dans la vie qu'une simple sélection dans une équipe...

Je continue donc mon petit bonhomme de chemin, avec un peu plus de recul sur la vie en général. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort comme dirait l'autre...

just keep swimming.gif