Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2013

Jammer, pivot, blocker, B4... Who the fuck?!

J'avais promis de parler des playoffs WFTDA, so be it.

En ce moment aux zuhèss (US) (Etats-Unis) (Amerique) (BON T'AS COMPRIS QUOI) se déroulent les WTFDA. Tous les week-end depuis 3 semaines des tournois se déroulent, chaque week-end à un endroit différent. Ceux-ci sont des séries pour participer au championnats de division 1 de la WFTDA. (pour info, tu peux voir les replay sur le WFTDA.tv)Cette semaine, les Gotham Girls ont foutu comme d'habitude la raclée à tout le monde. Oui, si t'étais pas au courant, les Gotham Girls (équipe de New York) surpassent depuis maintenant 3 ou 4 ans minimum les tournois de derby, elles sont imbattables. Pour exemple, ce week-end, les Minnesota Rollergirls étaient fière d'avoir réussi à les challenger un minimum et à obtenir un des scores les plus serrés des Gotham... 231 - 101. OKAY. Voilà voilà. Il y a deux semaines, les London Rollergirls y participaient aussi, et ont brillamment réussi à s'assurer leur place, comme seule équipe non américaine des championnats face aux Montreal News Skids on The Block. (désolée mesdames de Montréal, on vous aime quand même.) Toute l'Europe s'est d'ailleurs mis derrière les LRG et les ont soutenues et les soutiennent encore, à voir toutes les photos de "telle équipe back the LRG". 

543404_619850308055775_1777718482_n.jpg

Copyright London Rollergirls

T'as des nanas c'est un peu des mastodontes quand tu vois comment leur dos est musclé... Bref, PASSONS.

Et donc, dans ces WTFDA playoff, on assiste (non sans lâcher une petite larme) à du roller derby de très haut niveau. Ca tourne à une vitesse assez hallucinante, ça stratégise dans tous les sens, ça te saute des apex à tout va, ça te calle des blocks de fou malade... Bref, tu restes scotchée, tu regardes avec des grands yeux, tu apprends tout ce que tu peux, et tu te dis "un jour je saurai faire ça". Des fois tu te sens même de réessayer en training quelques trucs que t'as vu, et puis bon c'est évidemment un gros fail, donc tu restes comme ça à rêver.

A rêver de bloquer trop bien comme ces meufs, à rêver de peut-être jammer comme ces meufs, à rêver de rouler aussi bien que ces meufs...

Et on en vient à mon grand questionnement de ces derniers temps : mon futur "rôle" dans l'équipe. Alors, pour les novices qui sont pas encore au courant de tout, tu as en gros 3 grands rôles dans une équipe :

  • Jammeuse : celle avec l'étoile sur la tête, qui est en charge de marquer des points
  • Pivot : celle avec le couvre-casque avec une large bande au milieu, qui est en charge de "guider" le pack et qui se prend les fautes qui n'ont pas de joueuse fautive vraiment définie (Va lire tes règles, tu comprendras. C'est bien trop long à expliquer ici.)
  • Blockeuse : celles qui bloquent la jammeuse adverse : elles sont souvent moins populaires, mais damn c'est elles qui sont au charbon... Elles sont indispensables à toute équipe.

whos who derby.jpg

Source : National Post

Souvent quand tu commences le derby, tu galères à bloquer, tu comprends pas encore tout aux règles, et tu veux vite être dans le jeu. Du coup, rapidement, le post de jammeuse te tente. Ce fut mon cas, en tout cas (surtout avec mon caractère de meuf vénère). En plus, après avoir vu des matchs où Kozmic bruise jammait, où Bully Bunker jammait, où Bestia Loca jammait... Bref, tu as encore plus d'étoiles dans les yeux. Parce que ce sont elles que tu vois le plus dans un match, surtout quand tu es novice et que tu ne comprends pas encore tous les rouages du derby (si tant est qu'on puisse les comprendre un jour.) Et puis tu testes de jammer en scrimmage, et là tu commences à comprendre aussi ce que ça implique : d'en chier. De tourner super vite pour rattraper le pack, de t'en vouloir à mort quand tu fautes parce que c'est de ta faute si ya un power jam contre ton équipe, etc etc.

Et plus le temps passe, pire c'est. Quand je suis allée chez les BMO cet été (souviens-toi), on m'a demandé à un moment de jammer dans un exercice de pack. Tout allait relativement bien jusqu'au moment où je me suis pris un block vénère de chez vénère où j'ai littéralement volé. Dire que j'ai eu mal est un maigre mot. Et là tu comprends que tes copines qui te bloquent c'est une chose, mais un jour viendra où tu te retrouveras contre une équipe bien plus forte, où les filles n'hésiteront pas à te mettre la misère. Et tu devras subir. Ou alors, quand tu vois que les demoiselles des Rose City perdent contre les LRG à 3 pauvres petits points (193-190), parce que la jammeuse des Rose City a "callé" (dire kolé, du verbe to call en anglish) trop tôt le dernier jam pensant avoir l'avantage, alors qu'en fait elle n'a pas vu que la jammeuse des LRG était en train de scorer. c'est à ce moment-là que tu te dis qu'une jammeuse a un sacré rôle sur les épaules et que faut pouvoir assurer... Ca leur a coûté un match, et (si je me trompe pas) leur a également coûté leur place aux championnats de WFTDA de division 1.

rose city vs lrg.JPG

Les Rose City VS les London Rollergirls sur leur dernier jam aux WFTDA playoff. 
Copyright John Wijsman

Du coup, personnellement, plus le temps passe, moins ce rôle me tente. De toute façon, il vaut mieux, parce que dans l'équipe, ça se bat au portillon pour le job... Et ya un sacré level que je suis pas prête d'égaler, malgré tous mes efforts. Donc autant lâcher l'affaire. Et puis il y a un autre rôle me tente de plus en plus : celui de pivot. C'est la pivot qui gère un minimum les stratégies, qui guident ses coéquipières... Il faut avoir une bonne connaissance des règles (comme toute joueuse, mais pour les pivots particulièrement), il faut avoir une bonne compréhension du jeu, bref c'est un rôle un peu réfléchi qui pourrait me convenir. On verra ce que ça donne...

Et puis une fois que tu commences à mieux comprendre le derby, tu réalises une chose extrêmement importante : il n'y a pas de bonne jammeuse sans bonnes blockeuses. Une jammeuse sans un mur efficace ne sert à rien. Dans ces match de la WTFDA, en particulier les demoiselles de Denver contre les demoiselles de Cincinnati, les demoiselles de Denver ont gagné non seulement parce que leur jammeuse passait, mais surtout parce que la jammeuse adverse ne passait pas les murs, donc obtenait rarement le lead, et donc ne gagnait pas de points. Car quand tu as le lead, tu utilises à foison la technique du "passe et call", qui est une des plus classiques et une des meilleures techniques pour gagner des points au derby... (passer le mur = gagner des points, call = arrête le jam avant que la jammeuse adverse ait pu gagner des points.)

En dehors de ça, j'suis à la recherche d'un nouveau cheval à m'occuper, et je commence à désespérer... Le Roller Derby va-t-il devenir le seul et unique sport de ma vie? :)

03/07/2013

Back on track

Heeeyyy, mais tient, qui re-voilà du fin fond des ténèbres?!

Ouais bon. J'avoue, j'ai un peu délaissé ce blog un peu trop longtemps. Mais ce n'est que pour mieux revenir!
Pourquoi cette longue absence?! (Un mois et demi, quand même!) Pour plusieurs choses : 

- Ya des choses qui se sont passées chez les Panthers. Oui, il y a eu cission. Je ne m'étalerai pas sur le pourquoi du comment, je ne suis pas dans les débats, j'ai toujours considéré qu'il y a des torts des deux côtés, je n'ai pas pris parti et je ne le ferai pas maintenant. Je pense que au final, ça a sûrement fait du bien à tout le monde, même si le faire fut douloureux pour tout le monde aussi... Tout ça m'a un peu dégoûtée de patiner pendant quelques temps, pour diverses raisons sur lesquelles je ne m'étalerai pas. Je n'ai donc quasiment pas fait de derby depuis presque un mois, j'ai patiné un peu, mais en rando en extérieur plus qu'autre chose (où d'ailleurs je suis une grosse quichasse hein, je paye mon balais dans le cul bien comme il faut) (bref).

- En attendant, j'ai quand même pas glandé. Le w-e des 21-22-23 Juin, j'étais au Hellfest (OUAAAIIIIISS m/). Autant vous dire que j'ai kiffé ma race tout le week-end, j'ai vu Kiss en concert, j'ai vu ZZ Top en concert, j'ai vu Korn en concert, j'ai vu... Bon voilà, z'avez compris quoi, j'ai pas vous refaire toute la prog. J'y ai perdu un dos, une cheville et des pieds, mais j'ai kiffé ma race. Et j'ai pris un coupde soleil sur la gueule, en mode peau rouge. Folie.

1865995027-_hellfest_2013_affiche.jpg

- Ensuite, j'suis allée le w-e dernier à un petit festival métal à Triel sur Seine, le Triel Open air Festival. J'y ai découvert entre autre The Arrs, un bon petit groupe qui se place là, redécouvert Hell Of A Ride, et quelques autres groupes bien goûtus. Il a fait beau, c'était un mini festival bien sympa entre potes, j'ai même pas pris de coups de soleils.

- Au milieu de tout ça, bah le gros poilu et moi-même avons déménagé ensemble. MAIS OUI. Du coup, gros bordel, et surtout, plus d'internet pendant un looong mois où j'ai survécu grâce à mon téléphone intelligent. LA TORTURE. (mihihi)

Bref, je suis de retour. J'ai récupéré les internets, j'ai fini de faire tous mes festivals, et le derby commence même à me manquer! Les choses bougent, les choses avancent, la vibe positive is back, ça fait du bien.

Ceci dit, au milieu de tout ça, même si je patinais pas, je suis restées proche du derby (on s'en sépare pas comme ça de ce bordel). J'ai donc assisté avec amour au double header des PRG : Swithcblade Rollergrrrls VS les Sans Culottes (équipe C des PRG) et la All Star VS LA TEAM UNICORN DES UHESSAI!!! (ouais, des américaines quoi)

unicorn.jpg

 

Les Sans Culottes (complétées par quelques Quedalles) ont perdu mais avec panache. J'étais contente de voir certaines joueuses avec qui j'ai pu partager quelques bootcamps, et de voir que finalement, on n'est pas si loin d'être presque prêtes pour un vrai bout. Elles se sont bien débrouillées pour un premier match, et pour ça je lur dédie un grand bravo. Vous nous avez faites rêver les filles!


485515_546635148711313_747335835_n.jpg

Les Sans-culottes, qui pourtant en portent bien. On nous a menti. (photo Copyright Insane Motion)

Quant au le match VS les ricaines... Pfffooouuuuuuhhhhhhloulouuuuuu. J'ai dû me pisser 15 fois dessus. Ona donc commencé sur une des joueuses américaines qui a chanté leur hymne national au micro, elle chantait vraiment super bien, c'était assez inattendu. Et là, encore plus gros WTF : le public commence à chanter la Marseillaise. J'en ai eu les larmes aux yeux. On chantait faux mais bordel on y a mis du coeur! Certains huent cette marseillaises dans des stades, bah nous on la chante spontanément. Une raison de plus d'aimer le derby.

Ensuite, force était de constater que les ricaines faisaient 3 fois la taille des joueuses françaises en largeur, et j'peux vous dire que c'était pas que de la graisse. Pour vous faire rapide, le match a été découpé en 4 selon moi : première partie, les équipes se découvrent. Les PRG arrivent à caler des jolies choses, mais prennent des bonnes claques des américaines. au bout d'environ 10-15min les américaines ont compris : elles ont clairement la supériorité physique. S'ensuit donc 15 min où les PRG ont pris bien bien cher. Kozmic Bruise, qui d'hab est insaisissable, a volé et en a chié comme j'avais jamais vu jusque là. Bah ouais, petit gabarit...  Qu'à cela ne tienne, elles se sont rattrapées à la 2e mi-temps, où elles ont su mettre leurs qualités à leur avantage : la vitesse et la stratégie. Elles ont fatigué les Américaines et ont mis en place les meilleurs stratégies! Elles ont même tenté un Kill The Baby! Bon, il a foiré, mais franchement, c'était énorme de le voir en vrai! Du coup, le dernier quart d'heure, les américaines étaient fatiguées, et ont fait pas mal de fautes. Au final, on n'y croyait pas, mais les Paris Rollergirls ont GAGNE BORDEL DE MERDE!!! Et même si c'est pas ma ligue, bah j'peux pas m'empêcher d'être fière. Voilà.

419023_10151662327649380_485307792_n.jpg

Par contre, le coach des Américaines... Le mec a constamment contesté chacune des décisions des arbitres, allant les voir sans caller de Time Out ni rien, j'ai été surprise de voir à quel point les arbitres ont été patients avec lui. J'aurai vraiment cru qu'il se serait fait viré bien proprement... Mais j'imagine que tous les arbitres étant français, ils ont pas voulu laisser passer la tentation de croire qu'il y avait favoritisme envers l'équipe française.

En tout cas, ce fut un grand grand moment de derby.

En cadeau, une petite vidéo résumant le match!

 

Et promis, je reviens pas dans un mois et demi.

20/05/2013

Derbylove, derbyrêve.

Dans le derby, les équipes vivent, les équipes meurent. On ne compte plus les tentatives de création d'équipe qui ont échoué à l'arrivée de l'hiver, les explosions pour cause d'embrouille à vie.

Je suis toujours triste d'entendre les histoires qui peuvent se raconter, d'une équipe à l'autre, à l'intérieure d'une équipe... La grande famille du derby a ses limites. Dans n'importe quelle équipe, dans n'importe quelle association, dans n'importe quel groupement d'êtres humains, il y a des désaccords. C'est normal, ça assure un équilibre. Dans le monde politique, sans opposition on serait en régime totalitaire. (j'ai frôlé le point Godwin)

Mais des fois, ça dérape. Tu sais pas vraiment comment, ni même pourquoi. Les dérapages parfois se calment de suite, d'autres fois moins. Parfois, une petite remarque peut déclencher un ouragan, et une insulte ne rien faire. Une personne peut devenir paria du jour au lendemain. D'autres peuvent faire beaucoup de crasses et ne pas être touché(e)s. C'est curieux, l'être humain.

Le derby n'échappe pas à la règle. Et en France, du fait que le sport soit encore jeune, c'est encore plus récurrent, encore plus vrai. Parce que rien n'est réglé, tout le monde fait un peu encore ce qu'il veut.

DaddysRollerGirls884.jpg

J'espère vraiment que ce sport arrivera un jour à sortir de l'underground malgré les galères et les problèmes. Je ne comprends pas comme une seule et même passion d'un sport ne suffisent pas pour que les gens passent au dessus de leurs querelles personnelles et les conflits d'intérêt pour être constructifs et travailler au développement de ce sport.

Les grosses équipes en sont encore à devoir refuser des membres parce qu'ils n'ont pas assez de créneaux de salles. Certaines grosses équipes n'ont même pas de gymnase tout court. Le sport explose, mais il reste underground auprès des mairies. La France est frileuse. Elle l'a toujours été. Des querelles n'aideront jamais les mairies et autres autorités nous prendre au sérieux. La plupart du temps, ça nous desservit. L'union fait la force, bordel!

Quand tu vois les équipes américaines qui veulent aller aux JO, qui ont leurs locaux à elles, qui ont une vraie reconnaissance, tu te mets à rêver. Et pourtant, elles aussi ont leurs problèmes. J'espère qu'un jour, nous aussi on aura notre Bonnie Thunders qui passera sur CNN.J'espère qu'un jour, le FROG aura autant de pouvoir que le UKFTDA en Angleterre. J'espère qu'un jour, nous aurons la possibilité d'organiser de vrais championnats de France. J'espère qu'un jour, le derby sera considéré comme un vrai sport au même titre que le rugby par exemple.

J'espère que les galères actuelles du début ne seront que temporaires. J'espère que dans 10-20 ans, si j'ai une fille, elle pourra faire du derby si elle le souhaite, sans que ça ne pose problème à personne, même si elle est mineure. Sans que le fait de trouver un toit pour l'association soit un problème récurrent. Sans que il y ait le stress que dans 6 mois, la ligue n'existe plus. Que ce soit évident, comme si elle faisait de la natation ou du poney.

img_05111.jpg