Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2013

Boognat Bootcamp

Alooors... Oui, ça fait déjà 2 semaines que ce super bootcamp de foufou est passé. Mais bon, fallait bien ça pour s'en remettre tellement c'était bien.

boognat2.jpg

Ouiii on était tout ça! Copyright Idromel'Art

On est donc parties le vendredi après-midi vers 15h, pour éviter les bouchons. Et on s'est tapé les bouchons de sortie de Paris, pendant 2h... poin poin poinnnn #fail. Bon, donc on a mis 6h pour aller à Clermont au lieu de 4h. Ca c'est fait, le week-end commence bien. Mais c'est pas grave! Countess Lovelace nous raconte ses blagues avec l'accent québécois, et Peter Punisher subit gentiment les CD des Hanson (après une vaine tentative de mettre Notre Dame de Paris). Oui, un bootcamp, ça passe aussi par écouter de la musique de merde.

ntore dame.png

Il est venu le temps des cathédraaaaaalleeeuuuhhh (maintenant tu l'as en tête, de rien)

Samedi matin, on se lève (tête dans les fesses), on part toutes fringantes à ce bootcamp. On arrive, et là, on déchante : bordel, y'a trop de meufs trop fortes là!!! Qu'est-ce qu'on fait là?!!! Entre autre, y'avait Bloody Curly qu'on avait vu jouer au match des Lutèces en Juillet et qui nous avait toutes impressionnées... Et Ephée Drine (2Gr), et Ani Crash, et... bref, pour parler en termes de ligue : les Cannibal Marmots de Grenoble, les Criminal Nurses d'Aubenas, les Lemon Wheels de Genève, Les Auverniaks de Clermont Ferrand (évidemment), les Green Harpies de Saint Etienne, les Death Pouffes de Montpellier, Les L.A.R.D de Lyon, les Missfeets du Mans, des Petites Morts de Bordeaux, des Taxis Derbitches, ... et je suis bien sûre que j'en oublie encore. En gros, pleins de grosses équipes de derby, qui ont toutes fait des matchs. Et nous, on arrive, avec nos 2 pauvres scrimmages (et encore). On s'est donc dit qu'on allait en chier.

crapule boognat.jpg

Crapule qui nous surveille... (copyright Idromel'Art)

On fait le offskate, comme d'hab avec Crapule toujours bien hardcore. Finalement, grâce à coach qui nous en fait faire des supers biens et des supers violents (surtout), on s'en est super bien sorties. Bon, mis à part les 2 minutes de chaise, où perso j'ai dû faire une mini pause au milieu...

Ensuite, on a été regroupées en groupes : Bloqueuses, pivots, jammeuses. Ma première expérience de Pivot... la coach des pivots était Sally Broyeur. Comme dirait les anglo saxons "sweeet" :) On était mélangées aux jammeuses avec leur coach Crapule pendant une bonne partie de la journée, sur différents exercices, principalement de mise en situation, on travaillait sur la communication, etc. Tant que c'était les exercices, ça allait, on s'en sortait toutes pas trop mal, même si on galérait quand même sur certains trucs. A la fin de la journée, pour bien nous achever, une vraie situation de scrimmage avec départ de jam et tout a été organisée, donc première vraie situation où je pivote. Et là, bah putain, j'ai compris ma douleur : ça allait super vite, et j'avais énormément de mal à me gérer moi et à gérer aussi les filles de l'équipe. Dès que j'étais en difficulté y'avait plus personne pour diriger les autres. Une piètre pivot... Et une piètre bloqueuse, parce que j'ai encore du mal à les placer correctement, mes blocks. J'ai donc craqué à la fin, je me sentais inutile et nulle, et j'avais l'impression que les autres filles m'en voulaient pour ça... Alors que sûrement que non, hein. Mais ça, c'est ma parano qui me reprend, surtout quand je suis fatiguée. Je suis donc sortie en larmes de l'entrainement du samedi, j'ai un peu balancé le couvre casque à hooligan en sortant d'un jam parce que j'étais dégoûtée et je m'en voulais de faire du caca (je crois qu'il est d'ailleurs tombé par terre, mais j'étais tellement énervée contre moi-même j'suis pas sûre). Evidemment j'suis allée présenter platement mes excuses après parce que ça se fait pas, et puis en match y'aura forcément des moments durs et je dois pas réagir comme ça.

boognat.jpg

Lady Bloodyva en situation de scrimmage à gauche - Copyright Idromel'Art

Le dimanche, on a refait des exercices le matin, c'était plus de la technique de block. Bon bin je maitrise plus d'un côté que de l'autre hein... Va falloir bosser de faire les choses des deux côtés parce que là je suis clairement une mono-handicapée. (handicapée que d'un côté quoi)

L'après-midi, on a fait un vrai scrimmage. J'étais avec les joueuses blanches, (y compris Ephée Drine et Bloody Curly qui sont très sympas hein d'ailleurs). Evidemment, j'me suis un peu mise la pression toute seule, parce que là, c'était pas un scrimmage entre copines, non. C'était un scrimmage avec des meufs qui ont déjà fait des matchs et tout et tout. Finalement, je pars sur la première ligne de jam. Bon, bah en quoi, 10 secondes, j'étais déjà partie en prison pour un back block. Fail. Tant pis hein... Ca a permis de faire retomber la pression, après j'étais plus détendue. j'ai refait une faute en première période (un coude qui se baladait un peu trop...), mais j'en ai pas fait en 2e période, ouf. C'est un peu une de mes plus grandes peurs que d'être exclue du match parce que trop de fautes... Bref. J'ai été un peu plus efficace en pivot, même si clairement, avec Ephée Drine en pivot, j'ai compris ce qu'est un vrai bon pivot : elle te dit où aller, et t'as juste pas de question à te poser : tu suis, point. Ultra formateur. J'ai déjà senti une progression en 24h, je trouve ça bien. Et c'est là aussi où tu réalises que certains roaster tournent mieux que d'autres : on a réussi à faire un mur de foufou avec Ephé Drine, Peter Punisher et Nikita Race, notre jammeuse a fait 4 tours pendant que l'autre jammeuse en n'avait pas fait un seul. TROP fière. Le résultat du scrimmage on s'en tape, on a juste kiffé notre race et graaaave appris.

boognat1.jpg

Une tentative ratée de pivot pour moi : Ephé Drine (dans mon dos à gauche) dirigeait mieux que moi, même sans le couvre casque de pivot :D (copyright idromel'Art)

On est revenues de ce week-end complètement chamboulées, à la fois heureuses de pas avoir été à la ramasse pendant 2 jours (ouais, on n'était franchement pas ridicules, et ça, ça fait plaisir, et on n'a même pas eu de courbatures!) et remontées à block parce qu'on a pu voir où on en était en termes de jeu, et en résumé : y'a du taf.

Depuis, ça nous a vachement décoincées, et les entraînements qu'on fait depuis ont pris une autre tournure : on travaille vraiment sur les réflexes et les stratégies, on commence à avoir une vraie cohésion d'équipe, et ça ressemble de plus en plus à du vrai derby. 

La prochaine étape : des scrimmages. On en a au moins 2 de prévus, un où on complète les copines de Nasty Pécheresses, et un autre où elles viennent nous aider. Bon, on va se faire botter les fesses, mais on va enfin voir ce qu'on donne en situation réelle. Encore un petit pas vers une nouvelle progression... :)

boognat3 BB.jpg

Les Bashing Banshees présentes au bootcamp, avec les coachs Hooligan, Crapule et Sally Broyeur!

Copyright Idromel'Art

PS : merci à Sally Hurricane de nous avoir gentiment accueillies chez ses parents tout le w-e, un troupeau de morues comme nous c'est pas facile tous les jours...

20/10/2013

Avant Après.

Ce blog a donc ressuscité il y a de ça 7 mois et demi. J'ai commencé le derby il y a environ 8 mois. Je me souviens encore du début, où je voulais reprendre un sport un peu violent, le cheval ne me suffisant plus. Je me souviens être venue voir toute timide un entraînement, où à la fin je ne voulais qu'une chose, chausser des patins. Et où la fièvre a commencé et ne s'est plus arrêtée.

Ca fait 8 mois. Rien du tout, dans la vie d'un sport. J'ai fait 8 ans intensifs de natation, 5 ans de tennis, 13 ans d'équitation. Autant dire que 8 mois, c'est rien. Alors que pourtant, dans la vie du derby, c'est énorme. J'ai déjà vécu tellement de choses, j'ai l'impression que ça fait des années... Et je n'ai encore fait aucun match ou même scrimmage avec mon équipe. Pour dire à quel point il me reste encore tellement de choses à vivre!

1240161_296847497123601_588953377_n.png

Comme vous le savez, je suis depuis le mois de Septembre dans l'équipe des Bashing Banshees : une petite dizaine de nanas qui ont souhaité monter une équipe à Argenteuil. Repartir de zéro après une expérience éprouvante chez les Panthers. Nous avons accueilli des Fresh Meat, des meufs qui gèrent déjà à mort, c'est impressionnant. Hier, elles ont passé leurs MS avec les copines des Nasty Pécheresses, après à peine un mois et demi dans l'équipe. Du coup, depuis le début de l'année, je fais partie des "anciennes", on va dire. Et lors des préparations des MS ces derniers temps, je faisais donc partie de celles qui aidaient celles qui les passaient. Elles me demandaient des conseils, etc. C'est très très bizarre de passer de l'autre côté de la barrière... Je ne suis pas à l'aise dans ce rôle : moi, donner des conseils? Mais euh, sérieusement, j'ai pas de conseils à donner, moi... Je fais partie des "anciennes", certes. Même si ce serait du foutage de gueule de dire que j'ai le niveau d'une fresh, le terme "ancienne" est relatif... Et je ne trouve pas que l'écart de niveau soit tel que je puisse me permettre de donner des conseils à qui que ce soit. J'ai aucune expérience de match, à peine 2 de scrimmage. Mes blocks commencent vaguement à ressembler à quelque chose, mais mes coudes se baladent encore, je fais encore pleins de fautes, bref, je n'ai de leçon à donner à personne. Mais bon, on me demande, on est une équipe, je me dois aussi d'aider...

i-have-no-idea-what-im-doing.jpg

Elles sont 6 à les avoir eus : elles se sont battues, elles ont rien lâché, et la majorité a eu ses MS. Et elles méritent d'énooormes félicitations pour ça. Et les autres fresh qui n'ont pas passé ou pas eu leurs MS ne sont pas loin derrière. D'ici quelques mois, j'ai peu de doute quant au fait que l'ensemble de l'équipe aura ses MS, sans exception. Je ne serai plus une "ancienne" pour qui que ce soit, et c'est très bien comme ça... je suis même pressée d'y être :)

Par contre, on commence donc à avoir une équipe capable de jouer qui se forme. Je vois les collègues des équipes "débutantes" de l'an dernier commencer à faire des scrimmages : Les copines des Succubes, etc... Bientôt, très bientôt, ce sera notre tour, et je flippe. Je flippe de ne pas être à la hauteur, je flippe de faire trop de fautes, je flippe de pas tenir ma langue et de me prendre une insubordination, je flippe de décevoir les copines. Ok, j'ai un peu plus d'expérience (pour le moment!), mais ça ne me met à l'abri de rien, au contraire, mes fautes sont encore plus inexcusables. On est une équipe, je me dois de faire de mon mieux auprès des coéquipières, ou au moins de ne pas faire pire que tout le monde.

teamplaypenguins.gif

Team work : We have no idea what we're doing but we're doing it together!

Alors, oui, les progrès se sentent depuis Septembre. Rien que physiquement : j'ai perdu du bide, j'ai des cuisses en béton, mon gros boule est encore gros mais a pris de l'altitude : il est remonté. Merci le OffSkate : c'est chiant, amis ça paye. Quand je me fais bloquer, je me rends compte que j'ai des appuis qui deviennent bons, mes coéquipières ont de plus en plus de mal à me déséquilibrer en me bloquant. Mes blocks commencent à être efficaces. je commence à mieux visualiser le jeu sur le track. Mais il va falloir voir maintenant ce que ça donne avec d'autres équipes... J'ai peur qu'une fois en situation de scrimmage, avec d'autres joueuses, d'autres façons de faire, je serai juste MAUVAISE. J'imagine qu'il faut en passer par là pour s'améliorer, personne n'est doué en un claquement de doigt. Mais malgré tout, ça me ferait chier : je ne veux pas être un boulet pour les copines.

La semaine prochaine, nous allons au bootcamp à Clermont-Ferrand, chez les Auverniak's. Un super week-end qui s'annonce, et ce sera l'occasion de s'entraîner avec d'autre filles, d'apprendre encore pleins de choses et d'acquérir plein d'expérience avant les scrimmages qui arrivent... Pour espérer ne pas être TROP mauvaise lors des scrimmages futurs.

boogna bootcamp.jpg

Sinon, hier, j'étais au cheval, et on a fait de la mise en selle. LA séance de torture par excellence : pas d'étrier, et le prof te fait faire les pires mouvements sur ton cheval, et tu dois pas tomber, quelque soit l'allure : pas, trot, galop. Ca t'apprend à mieux tenir en selle, à améliorer ton équilibre sur ton cheval. Et hier, comme je disais qu'à cru (sans selle), j’étais une brelle, il m'a fait enlever la selle. J'ai donc fait une séance de mise en selle, sans selle. (Tu suis?) J'appréhendais, je me voyais par terre à chaque virage... Et en fait non. Bordel, j'suis ressortie j'étais à peine fatiguée, les collègues par contre mourraient... Et à cela, je ne vois qu'une explication : le OFF SKATE (encore). Pour pleins de choses, je me rends compte que je suis beaucoup moins fatiguée, beaucoup moins essoufflée. Comme quoi, ça sert, et pas que pour le derby... Faut garder ça en tête quand tu galères à faire des pompes qui servent à rien...

23/09/2013

Jammer, pivot, blocker, B4... Who the fuck?!

J'avais promis de parler des playoffs WFTDA, so be it.

En ce moment aux zuhèss (US) (Etats-Unis) (Amerique) (BON T'AS COMPRIS QUOI) se déroulent les WTFDA. Tous les week-end depuis 3 semaines des tournois se déroulent, chaque week-end à un endroit différent. Ceux-ci sont des séries pour participer au championnats de division 1 de la WFTDA. (pour info, tu peux voir les replay sur le WFTDA.tv)Cette semaine, les Gotham Girls ont foutu comme d'habitude la raclée à tout le monde. Oui, si t'étais pas au courant, les Gotham Girls (équipe de New York) surpassent depuis maintenant 3 ou 4 ans minimum les tournois de derby, elles sont imbattables. Pour exemple, ce week-end, les Minnesota Rollergirls étaient fière d'avoir réussi à les challenger un minimum et à obtenir un des scores les plus serrés des Gotham... 231 - 101. OKAY. Voilà voilà. Il y a deux semaines, les London Rollergirls y participaient aussi, et ont brillamment réussi à s'assurer leur place, comme seule équipe non américaine des championnats face aux Montreal News Skids on The Block. (désolée mesdames de Montréal, on vous aime quand même.) Toute l'Europe s'est d'ailleurs mis derrière les LRG et les ont soutenues et les soutiennent encore, à voir toutes les photos de "telle équipe back the LRG". 

543404_619850308055775_1777718482_n.jpg

Copyright London Rollergirls

T'as des nanas c'est un peu des mastodontes quand tu vois comment leur dos est musclé... Bref, PASSONS.

Et donc, dans ces WTFDA playoff, on assiste (non sans lâcher une petite larme) à du roller derby de très haut niveau. Ca tourne à une vitesse assez hallucinante, ça stratégise dans tous les sens, ça te saute des apex à tout va, ça te calle des blocks de fou malade... Bref, tu restes scotchée, tu regardes avec des grands yeux, tu apprends tout ce que tu peux, et tu te dis "un jour je saurai faire ça". Des fois tu te sens même de réessayer en training quelques trucs que t'as vu, et puis bon c'est évidemment un gros fail, donc tu restes comme ça à rêver.

A rêver de bloquer trop bien comme ces meufs, à rêver de peut-être jammer comme ces meufs, à rêver de rouler aussi bien que ces meufs...

Et on en vient à mon grand questionnement de ces derniers temps : mon futur "rôle" dans l'équipe. Alors, pour les novices qui sont pas encore au courant de tout, tu as en gros 3 grands rôles dans une équipe :

  • Jammeuse : celle avec l'étoile sur la tête, qui est en charge de marquer des points
  • Pivot : celle avec le couvre-casque avec une large bande au milieu, qui est en charge de "guider" le pack et qui se prend les fautes qui n'ont pas de joueuse fautive vraiment définie (Va lire tes règles, tu comprendras. C'est bien trop long à expliquer ici.)
  • Blockeuse : celles qui bloquent la jammeuse adverse : elles sont souvent moins populaires, mais damn c'est elles qui sont au charbon... Elles sont indispensables à toute équipe.

whos who derby.jpg

Source : National Post

Souvent quand tu commences le derby, tu galères à bloquer, tu comprends pas encore tout aux règles, et tu veux vite être dans le jeu. Du coup, rapidement, le post de jammeuse te tente. Ce fut mon cas, en tout cas (surtout avec mon caractère de meuf vénère). En plus, après avoir vu des matchs où Kozmic bruise jammait, où Bully Bunker jammait, où Bestia Loca jammait... Bref, tu as encore plus d'étoiles dans les yeux. Parce que ce sont elles que tu vois le plus dans un match, surtout quand tu es novice et que tu ne comprends pas encore tous les rouages du derby (si tant est qu'on puisse les comprendre un jour.) Et puis tu testes de jammer en scrimmage, et là tu commences à comprendre aussi ce que ça implique : d'en chier. De tourner super vite pour rattraper le pack, de t'en vouloir à mort quand tu fautes parce que c'est de ta faute si ya un power jam contre ton équipe, etc etc.

Et plus le temps passe, pire c'est. Quand je suis allée chez les BMO cet été (souviens-toi), on m'a demandé à un moment de jammer dans un exercice de pack. Tout allait relativement bien jusqu'au moment où je me suis pris un block vénère de chez vénère où j'ai littéralement volé. Dire que j'ai eu mal est un maigre mot. Et là tu comprends que tes copines qui te bloquent c'est une chose, mais un jour viendra où tu te retrouveras contre une équipe bien plus forte, où les filles n'hésiteront pas à te mettre la misère. Et tu devras subir. Ou alors, quand tu vois que les demoiselles des Rose City perdent contre les LRG à 3 pauvres petits points (193-190), parce que la jammeuse des Rose City a "callé" (dire kolé, du verbe to call en anglish) trop tôt le dernier jam pensant avoir l'avantage, alors qu'en fait elle n'a pas vu que la jammeuse des LRG était en train de scorer. c'est à ce moment-là que tu te dis qu'une jammeuse a un sacré rôle sur les épaules et que faut pouvoir assurer... Ca leur a coûté un match, et (si je me trompe pas) leur a également coûté leur place aux championnats de WFTDA de division 1.

rose city vs lrg.JPG

Les Rose City VS les London Rollergirls sur leur dernier jam aux WFTDA playoff. 
Copyright John Wijsman

Du coup, personnellement, plus le temps passe, moins ce rôle me tente. De toute façon, il vaut mieux, parce que dans l'équipe, ça se bat au portillon pour le job... Et ya un sacré level que je suis pas prête d'égaler, malgré tous mes efforts. Donc autant lâcher l'affaire. Et puis il y a un autre rôle me tente de plus en plus : celui de pivot. C'est la pivot qui gère un minimum les stratégies, qui guident ses coéquipières... Il faut avoir une bonne connaissance des règles (comme toute joueuse, mais pour les pivots particulièrement), il faut avoir une bonne compréhension du jeu, bref c'est un rôle un peu réfléchi qui pourrait me convenir. On verra ce que ça donne...

Et puis une fois que tu commences à mieux comprendre le derby, tu réalises une chose extrêmement importante : il n'y a pas de bonne jammeuse sans bonnes blockeuses. Une jammeuse sans un mur efficace ne sert à rien. Dans ces match de la WTFDA, en particulier les demoiselles de Denver contre les demoiselles de Cincinnati, les demoiselles de Denver ont gagné non seulement parce que leur jammeuse passait, mais surtout parce que la jammeuse adverse ne passait pas les murs, donc obtenait rarement le lead, et donc ne gagnait pas de points. Car quand tu as le lead, tu utilises à foison la technique du "passe et call", qui est une des plus classiques et une des meilleures techniques pour gagner des points au derby... (passer le mur = gagner des points, call = arrête le jam avant que la jammeuse adverse ait pu gagner des points.)

En dehors de ça, j'suis à la recherche d'un nouveau cheval à m'occuper, et je commence à désespérer... Le Roller Derby va-t-il devenir le seul et unique sport de ma vie? :)