Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2014

Roller Derby m'a tuER.

J'avais des idées d'article en tête ces derniers temps, mais certainement pas sur ce sujet. Naïvement, j'espérais ne jamais avoir à parler de blessure au derby, être épargnée... Jusque là je n'avais eu que de petite blessures bénignes, j'espérais que ça dure... Mais le sort en a décidé autrement.

Samedi, nous avions un scrimmage contre les Simones d'Orléans. Niveaux relativement similaires, c'était vraiment sympa du coup comme jeu. (même si beaucoup de fautes n'ont pas été sifflées, la faute aux refs débutants qui faisaient ce qu'ils pouvaient... ils avaient au moins la qualité d'être là, et puis comme j'ai déjà dit : We All Start Somewhere) Les Simones ont un jeu assez puissant, mais rien d'insurmontable pour nous, encore faut-il qu'on tienne nos murs et qu'on fasse des bridges corrects, erreurs récurrentes depuis quelques temps et ça m'agace... Bref. Du coup le score était serré tout du long. On tournait à 11, puis à 10 en 2e mi-temps. Milieu de 2e mi-temps, je lâche un gros hit d'épaule dans la jammeuse adverse (Dee I Why, vous vous souvenez d'elle? :) ), et là j'entend "crac" dans l'épaule, avec une douleur vive... Mon hit a été tellement efficace que mon épaule n'a pas tenu le choc... Le scrimmage se termine (m'évitant de retourner sur le track, ouf), et la douleur augmente, augmente... J'en chie, je pleure, hôpital, je flippe que ce soit cassé, on attend 15 plombes, verdict : luxation acromio claviculaire.

acromio1-1.jpg

En gros, l'os de la clavicule s'est délogée puis relogé dans son axe dans l'acromion... Ca pique...

Chui arrêtée au moins 2 semaines et ma fin de saison est sûrement foutue... Soit au moins 2 scrimmages et un match en équipe mixée dans mon cul. Je suis dé-goû-tée. J'essaie de positiver en me disant que c'est pas cassé c'est déjà ça, et que 15 jours ou 3 semaines ou un mois c'est rien comparé à d'autres qui doivent subir des arrêts de 6 mois à 1 ans, des opérations, etc. mais malgré tout... Depuis samedi j'ai la rage, j'ai envie de tout casser, je m'en veux de pas avoir hitté avec les fesses plutôt que l'épaule, je m'en veux de lâcher les copines comme ça, je suis frustrée rien pouvoir faire toute seule, et je tourne en rond comme un lion en cage chez moi ... Bref j'ai le moral à 6 pieds sous terre... Sans parler du fait que je laisse aussi mes collègues de boulot dans la merde. Mais là ce message, ça fait déjà 2 jours que j'ai commencé à le taper d'une seule main, autant vous dire que c'est la merde pour bosser correctement sur un ordi...

computer destroy.gif

Je commence à me calmer doucement, mais j'appréhende le diagnostic final du médecin... Est-ce une luxation stade 1 (sans rupture de ligament) ou plus? (pour comprendre, wikipédia est ton ami). J'espère surtout que ce ne sera pas le genre de blessure qui finit par être répétitive et qui finit un jour ou l'autre par te faire arrêter le sport... Pourtant niveau blessure j'aurai jamais parié sur l'épaule avec mes genous et chevilles pourrites, mais quelque part c'est logique, à cheval les chevilles et genou bossent beaucoup donc se musclent, les épaules par contre... J'avais eu tendance à être moins assidue au renforcement musculaire ces derniers temps, bah le karma m'a eue...

Ce qui est "amusant", c'est que les gens ne pensent pas une seconde que j'ai pu me faire ça moi même en hittant, tout le monde croit que ça vient d'une chute... et bah nooonn, chui une bourrine et là je m'en mords bien les doigts... :/

Y'a pas longtemps, j'étais tombée sur un article sur les blessures, comme quoi on ne s'y attend jamais vraiment, qu'il faut faire attention, etc... sur derbyaustralia. J'avais réfléchis à comment je pouvais me préparer, etc... Mais finalement, effectivement tu ne t'y prépare pas, tu subis... Je n'avais fait jamais fait de sport "violent" jusque là, donc jamais de vraie blessure sérieuse. Et c'est vrai que quelque part c'est grisant : tu te sens forte, presque invincible! Mais tout corps a ses limites, jusqu'à présent j'avais plutôt bien géré les miennes, et puis finalement... La réalité est revenue au galop. En espérant que ça ne sera que la seule fois...

Cela dit, c'est là aussi où tu vois qui sont tes ami(e)s, et les autres. Celles et ceux qui s'inquiètent de comment tu vas et surtout qui essaient de te remonter le moral... Parce que là, j'ai bouffé un paquet de Chiantos x 1000 tellement je suis sur le nerfs. Heureusement que les ami(e)s sont là, pour me supporter et me faire rire un peu. C'est là où tu vois que l'esprit d'équipe passe aussi par supporter ce genre d'épreuve...

 

J'ai plus qu'à prendre mon mal en patience, bien faire comme le médecin dit pour bien guérir... Et revenir l'an prochain au taquet! En espérant ne pas avoir trop perdu, et ne pas trop pénaliser les copines... Allez, on y croit...

13/04/2014

On avance, et c'est que le début...

Ces deux derniers week-end, mes coéquipières et moi-même avons eu deux scrimmages. Un contre les PRG sans-Culotte "nouvelle génération", et un contre les Lutèces B les Petites Frappes. Un sacré morceau à chaque fois, on faisait pas les malignes. Mais après tout, c'est comme ça qu'on avance... Donc on est parties le couteau entre les dents et la rage au ventre.

fight cat.gif

La bagaaaarre!

Tout d'abord, le scrimmage contre les PRG Sans Culotte. On avait un sol particulièrement pourri... Tant pis, on a de quoi jouer, c'est le plus important. En outre, pour l'occasion, j'étais capitaine. La pressiooonnn. Nous étions complétées de 4 joueuses Nasty : Baston La Garce, Louise Bitch'hell, Bidule Dozer et Shadow Blinky. Le point positif, c'est qu'on est maintenant quasiment une vraie équipe : on se coordonne bien, on commence à bien se connaître, les réflexes se mettent en place, ça fait plaisir à voir... et à jouer! Mais on a fait quand même de grosses erreurs. Beaucoup de fautes : elbows, clockwise, etc... Des ponts foireux voir inexistants, bref, y'a du boulot. mais c'était un scrimmage fait encore une fois dans la bonne ambiance, contre les copines, et qui s'est terminé par un goûter au soleil, bref, le kiff quoi.

penalty box.png

Oui, on est toutes un peu comme ça quand on part en P Box...

 

Mais on a aussi fait de bonnes choses. On a progressé depuis Novembre, et ça fait bien plaisir! Quand au rôle de capitaine, je l'avais pris à coeur : j'ai pris le temps de relire toutes les règles pour l'occasion. Ca m'a occupé, et pour celles qui doutent : c'est TRES utile. Je les avais pas relues complètement depuis que j'avais passé mes MS y'a un an, et franchement, c'était très utile et très instructif. Au delà du rôle de capitaine que j'ai pris le temps d'étudier en détail, relire les règles avec une bonne expérience de match (à la fois en spectatrice et en joueuse) permet de redécouvrir PLEIN de choses. Certaines situations de match s'expliquent, d'autres viennent encore à l'esprit, et le jeu devient encore plus intéressant...  Pour ce qui est de la partie capitaine en soi : c'est un rôle important, car on est en charge du comportement de l'équipe. Les principales fautes qui peuvent être prises par le capitaine sont des fautes de comportement des joueuses de l'équipe. Le capitaine est en charge du "fair-play" des joueuses de l'équipe. Une chose aussi : le capitaine Meeting est très instructif, d'autant plus que là c'est Crapule qui était Alternate en face et elle a donc posé pleins de questions... Ca permet de voir les questions à poser, et pourquoi on fait un capitaine meeting : comprendre auprès des refs les "limites" de ceux-ci : par exemple, comment ils sifflent les cutting exactement (un patin dehors? Un bout de roue qui dépasse?, etc.) Je me suis surprise à être très posée dans ce rôle : je ne m'énerve plus sur le track. Je grogne quand je prend une faute, mais je ne me rebiffe plus, je pars en prison sans broncher. Et je suis restée calme tout le long. Je me suis vraiment surprise moi-même, et j'avoue être très contente d'arriver enfin à canaliser mon énergie sur le track. Peut-être est-ce que c'est parce que je suis avec mes coéquipières et que ça me rassure? Je sais pas... En tout cas, j'ai aimé ce rôle de capitaine.

capitain.gif

Dédicace à Ernie D-S-Kull pour la référence... <3 

Hier, c'était contre les Lutèces B. On a pu s'entraîner mercredi sur les ponts et les timings de blocks avec Cap'taine Wynne, coach d'un soir. (qu'on remercie d'avoir pu venir) Et ça s'est senti hier : nos ponts étaient mieux placés et nos blocks aussi. On s'inquiétait quand au fait que cette fois ce serait des refs expérimentés, et qu'on risquait de prendre cher en termes de fautes... Mais finalement, non! Soulagement : on n'en a pas eues tant que ça. Le scrimmage contre les PRG a payé, on a fait bien plus gaffe. J'ai pris un elbow et deux failures to reform, et même si on n'était pas propres c'était pas la cata. Par contre, nos murs ne tenaient pas aussi bien, c'était frustrant... Le roster n'était pas tout à fait le même, on avait quelques débutantes qui jouaient pour l'occasion, et ça s'est ressenti. Nous les "anciennes" n'avons pas su gérer correctement les différences de niveau dans les murs. Je m'en veux un peu en tant que pivot de ne pas avoir su mieux "transmettre" les infos : j'ai pris 2 failure to reform parce que les joueuses dans le mur n'avaient pas reformé assez vite, alors que je savais qu'il fallait vraiment sprinter clairement. (les nouvelles règles imposent que quand tu es à l'arrière du pack et qu'un no pack est sifflé, tu dois "sprinter" jusqu'au pack, celles en avant ne devant que s'arrêter... Certaines n'ont pas encore le réflexe de sprinter quand elles sont à l'arrière.) On a tenté plusieurs stratégies : certaines ont réussi, d'autres non. On va devoir vraiment bosser tout ça... Bref. En tout cas, les lutèces se sont sacrément battues, c'était bien : ça nous a mis en défaut et nous a forcé à réfléchir. J'adore que ça se passe comme ça! Surtout quand les filles en face sont cools ^^ Petite séquence émotion cependant : Baston La Garce et Louise Bitch-Hell, les deux Nasty avec qui nous avons le plus joué, s'envolent vers d'autres cieux et ne joueront plus avec nous... Et je vais vous le dire clairement : elles vont grave nous (me) manquer. Elles feront toujours un peu parti de l'équipe... Ca sera vraiment plus pareil sans elles.

scrimmage lulus.jpg

Paye tes winneuses :D

Du point de vue purement personnel, je suis plutôt contente : j'arrive enfin à rester calme et sereine sur un track. Au bout d'un an et demi, c'était pas du luxe; et va falloir faire en sorte que ça tienne. Je suis pas à l'abris d'un pétage de câble dans un moment de détresse... Mais bon. Je me jette de moins en moins pour hitter, et je commence à arriver à faire des fentes présentables. Reste encore le timing qui reste parfois hasardeux. J'ai aussi encore du mal à sortir proprement des jammeuses, même si j'ai réussi à caller 2-3 trucs sympas. Il faudrait que ça soit plus régulier... Aussi, faire attention aux clockwise : je fais de plus en plus de block en face à face parce que je suis bien à l'aise, mais le risque c'est le clockwise et j'en ai fait un bien dégueu contre les PRG, vraiment tout le monde l'a vu, je sais même pas comment j'ai pas pu me faire siffler là dessus! Bref, à bosser aussi quoi. Par contre, une chose : j'ai jammé une fois dans chaque scrimmage, et la conclusion est une fois de plus sans appel : je suis vraiment une daube à ce poste :D J'arrive à pas trop déconner quand on me fait un star pass, mais alors prendre le lead je sais pas faire lol Je comprends pas pourquoi les gens insistent à m'y mettre...

scraimmge prg jam.jpg

Au moins ça fait des jolies photos, à défaut de faire de bons résultats...

Aujourd'hui, je suis allée voir le Sacré Track : j'ai raté le premier match Gueuses VS Succubes parce qu'avec Stubborn Joy on est arrivées en retard et c'était complet... On n'a pu voir la fin que de loin, et assister à la mauvaise chute de Lilith Spirit dans les 10 dernières secondes... Grosse pensée pour elle, elle a gagné un beau voyage en ambulance avec de beaux pompiers, et probablement un joli plâtre avec... On n'a pu rentrer que pour le 2e match Panam B VS Les Cerbères... un beau match! Notre super coach Aligator jouait pour l'occasion, c'était sympa de le voir un peu jouer! :)) Ils ont gagné, mais c'était tendu... Ils ont gagné surtout grâce au physique qui a mieux tenu que les Cerbères sur la fin, et grâce aux Cerbères qui ont fait bien trop de fautes! Ce qui est très souvent la cause majeur des défaites d'une équipe... De voir les Panams jouer, ça a permis de aussi se rappeler de quelques stratégies qu'on n'a pas su ou pensé à mettre en place, de voir comment elles marchent, bref, de comprendre nos erreurs... regarder les autres, ça aide vachement pour apprendre... Et ça faut jamais l'oublier! :)

Bref, conclusion : y'a du boulot, mais l'esprit est positif, on a la gagne, on a la hargne, on va en chier pour progresser, encore et encore!

the Bashing banshees maillots.jpg

Avec nos jolis mailloooooots (y'a la même photo en mode bordel, mais j'ai trop une tête de mongole pour la mettre ici... J'assume mais pas tant en fait lol)

PS : Sinon, c'est marrant, à force de croiser les gens tu les reconnais aux évènements comme ça... Et moi j'ose jamais aller dire bonjour, j'ai toujours peur qu'on me fasse "Euh, mais qui es-tu?" ... Du coup si par hasard les gens me reconnaissent aussi bah je passe pour une connasse qui dit pas bonjour... Donc je présente mes excuses à ceux à qui j'aurai pu éventuellement foutre des vents, promis je suis pas un snob :D

13/03/2014

Sexisme et Roller Derby

Je vais vous parler d'un sujet qui engage un peu plus mon avis personnel. Je réagis suite à cet article qui m'a donné envie de vomir. Ce "harcèlement de rue" que nous, les filles, avons appris à supporter tous les jours. Que nous subissons sans tellement dire grand chose, finalement. Car on le sait : on le cherche, on le mérite, de toute façon les filles ne sont là que pour pondre des chiards, c'est mère Nature qui nous a faites comme ça. Et le Roller Derby, c'est ce sport qui m'a permis à la fois de me réveiller, de refuser tout ça, et de m'affirmer. Je m'explique.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

J'ai été élevée dans une famille somme toutes normale. Classe moyenne, deux grands frères, parents fonctionnaire et cadre. Depuis toute petite, j'ai voulu suivre mes frères. Ils ont été mes exemples pendant très longtemps. Mon éducation a été faite de la même manière pour eux et pour moi, j'en remercie encore mes parents. Ma mère s'est beaucoup battue toute sa vie pour rappeler que malgré le fait qu'elle soit une femme, elle n'en est pas moins bien qu'un homme. Elle sait comment marche une voiture, est particulièrement indépendante, et n'a pas la langue dans sa poche. On ne m'a pas reléguée aux travaux ménagers sous prétexte que j'étais une nana, j'ai été élevée "comme un mec" (enfin c'est ce qu'on ma souvent dit, comme si il pouvait y avoir une éducation pour les filles et une éducation pour les garçons). Du coup, je ne fais pas la cuisine (ça me fait chier), je ne sais pas coudre (à part les boutons), faire le ménage m'agace au plus haut point, et je suis bordélique. Par contre, j'aime bien les voitures, j'ai fait des études scientifiques (que j'ai même plutôt bien réussies, dit donc), je travaille dans le bâtiment, au milieu de mecs.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

Pourtant, toute ma vie, et ça continue encore aujourd'hui, en tant que nana, j'ai eu droit à tellement de remarques, que j'ai souvent prises comme argent comptant, comme si c'était vrai. Le fait que quand tu es une nana et que tu parles un peu fort, parfois un peu vulgairement (oui, je l'admets), tu es donc classée dans la catégorie "Bonhomme", "fausse fille", voir même "lesbienne". Ah bon? Donc quoi, une fille doit forcément être douce, gentille, polie, ne rien dire, "bien élevée" et sourire? Une lesbienne doit forcément ressembler à un mec, ne peut pas porter des robes? .... Je fais aussi partie de ces gens qui ne fument pas et ne boivent pas. Pas par conviction, simplement par choix : je n'aime pas ça. Pourtant, j'ai eu le droit aux remarques du type "quoi? Tu bois pas, tu fumes pas? Mais tu fais quoi, tu baises?" ... Rendons-nous à l'évidence, un mec n'aurait jamais eu droit à ce genre de remarque.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

Ensuite. Dans mon travail, j'ai remarqué un truc : à mêmes études et mêmes compétences, quand tu es une fille, tu dois faire tes preuves. Quand tu es un homme, on part du principe que tu es compétent. il m'a fallu claquer le beignet à quelques-uns pour m'imposer, et je suis encore obligée de le faire régulièrement. J'ai été obligée de gueuler pour de vrai une fois (le genre de coup de gueule où tout l'étage t'entends), mais ça a permis d'imposer un peu de respect pour ceux qui me prenaient pour leur secrétaire ou leur stagiaire au lieu d'une ingénieur comme eux.

Je remarque aussi que jouer la fille un peu bête et stupide, que minauder, ça aide à obtenir des trucs. Ca passe mieux auprès de ces messieurs, on ne les atteint pas dans leur virilité. Parce que quand tu gueules, tu te mets en position de force, du coup on te dira que tu es une chieuse. Alors qu'un mec qui gueule, il est virile.

Et je ne parle même pas des blagues et/ou propos sexistes que j'entends (très) régulièrement. Comme l'autre jour où un mec m'a affirmé que en sport, si tu mets un mec face à une nana, c'est forcément le mec qui gagne. L'argument que la technique peut compter aussi au delà de la force physique n'a pas convaincu. Sans commentaire.

J'ai aussi arrêté de porter des jupes un peu trop courtes, des robes un peu trop moulantes. Les regards de gros dégueulasses me soûlent trop.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

Jusque là, j'avais presque culpabilisé d'être ce que je suis : indépendante, pas dans le "moule", grande gueule. Un ex avait même réussi à me reprocher d'être celle que je suis, en voulant me transformer en "vraie fille". Comme si une fille devait forcément être sexy, pas trop intelligente, se taire, etc. Le jour où j'ai eu l'impression d'être quelqu'un d'autre, je l'ai largué. Bon débarras. Mon copain actuel me respecte comme je suis, et je l'en remercie chaque jour.

Et depuis que je fais du derby, ma vie a changé. Je suis celle que je suis et je l'assume. J'ai aimé le derby aussi pour ça : tu n'as pas besoin de justifier de qui tu es. Les filles ne sont pas prises pour des petites choses fragiles qu'il faut protéger : on sait se démerder et se défendre toutes seules. J'assume maintenant complètement ma grande gueule (c'est même un atout sur le track). J'envoie plus facilement chier les gens quand ils me gonflent. Je me laisse encore moins faire.
Dans le métro, les "frotteurs" avant je leur disais pas grand chose. J'ai la chance qu'un regard vénère suffisait pour les dissuader (paraît que j'ai le regard expressif, ils doivent y voir leurs bollocks en bandoulière). Mais maintenant, je suis prête à me battre, et à les afficher devant tout le monde. Plus d'inquiétude, plus d'hésitation, plus de question à cause du "qu'en dira-t-on". Ce n'est pas moi qui suis en tort, bordel. C'est eux.
Quand je me sens pas en sécurité, je suis prête à retourner une droite au premier qui me cherche, et à me battre de toutes mes forces. Je n'accepte plus tout ce manque de respect fait aux femmes sous prétexte que nous sommes "le sexe faible". Que nous "cherchons" quand on se fait emmerder quand notre jupe est "trop courte". (je savais pas qu'il y avait une longueur minimum imposée, hein...). 

Je deviens de plus en plus intolérante face aux incivilités faites aux femmes. Tout ce sexisme latent que tout le monde trouve normal (genre le Stabilo pour les femmes, pour ne parler que des sujets les plus récents. Comme si les femmes avaient besoin d'un stylo spécial pour elles, comme si elles ne savaient pas gérer les choses faites pour les mecs. Tellement représentatif de la perception de la femme dans notre société.) Et le fait que j'accepte encore moins tout ça, je trouve ça bien, en fait. Parce que si un jour j'ai des gosses, j'aimerai qu'ils aient la même vie, fille ou garçon. Que je n'ai pas à dire à ma fille de faire attention quand elle rentre seule le soir, qu'elle ne soit pas prise pour une bouffonne sous prétexte que c'est une nana, etc.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

 

Mais le derby fait aussi que je me pose aussi plus de questions : mardi j'étais au concert de Steel Panther. Des nanas ont fini seins nus à se frotter de façon assez suggestive aux membres du groupe. Ma première pensée à propose de ces nanas est "mais putain, respecte-toi là". Mais maintenant, contrairement à avant, je me dis ensuite "Mouais, après tout, elles font ce qu'elles veulent". Parce qu'après tout, c'est pas parce qu'elles ont décidé de montrer leurs boobies que ce sont des "chaudasses" pour autant. 

Et finalement, je me dis quand même une chose : heureusement que le derby est là. Ce sport permet de faire avancer les choses, et là on a des montagnes à déplacer. Vu l'engouement pour le sport, j'espère bien que ça continuera comme ça. Les montagnes bougeront plus vite. Car les hommes qui font du derby font aussi parti de ces mecs qui, de par l'esprit véhiculé par ce sport, ont du respect pour les femmes. Car, heureusement, des mecs biens, il y en a aussi... (Même si certains prennent le derby pour un repère à vagins. Une minorité, heureusement.)

Ah et attention, révélation : les filles pètent, rotent, et font caca. Et même que ça pue. OUAIS.

21:10 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : roller derby, sexisme, roller, quad