Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2014

Bootcamp et Schyzophrénie

Le week-end dernier, nous avons fait un petit bootcamp "privé", organisé par les copines des Nasty (qui sont un peu comme des soeurs ou des BFF maintenant à force ^^). C'était le Beauty And The Beast bootcamp, coaché par BarbieRouste de la Boucherie de Paris, et Cap'tain Wynn des Panam Squads.

beauty and the beast bootcamp.jpg

On a fait pleins d'exercices de bloqueuses le samedi après-midi : bloquages, hits, sortir la jammeuse, tenir un mur, etc etc. C'était bien de faire ça parce que ça a permis de revoir les bases. En plus perso j'ai vraiment besoin de bosser mes des hits pour qu'ils soient efficaces, et à bosser à sortir correctement une jammeuse... Sans sortir avec. Clairement il reste du boulot, mais c'est toujours un kiff de pouvoir bosser ça. Plus on le travaille, plus on arrive à faire des trucs biens...

Le dimanche matin, au tour des jammeuses : agilité, freinages, passage de murs, etc. Sur un des ateliers d'agilité, on devait courir sur les stoppers. J'me suis vautrée violemment sur le cul, ça a bien résonné dans tout le dos, et ça a tiré sur l'épaule... Bref, j'ai eu bien mal, et le muscle de l'épaule a crié au secours... Mais il a tenu, merci entre autre à Liberty pour sa super pommade, à Alzheim Hurt pour son autre pommade, et à Queen B-Atch pour ses pilules magiques (oui, je me dope). 

thumbs up.gif

Malheureusement notre chère Le K n'a pas eu autant de chance et après s'est plainte plusieurs fois de la fatigue sans s'arrêter malgré tout, a finit par faire une mauvaise chute et y a perdu sa malléole :( Ca jette un froid et rappelle les bases : ne pas trop tirer quand on est fatigué... On s'en est toutes voulues de pas l'avoir forcée à s'arrêter. Mais bon, ça fait partie du sport, et j'ai bien l'impression que c'est pas ça qui va l'arrêter... ;)

Ensuite, on a eu droit à une p'tite révision de règles et des tactique en début d'aprèm : travail de pack, ponts, assist, etc. Les assist sont très importants, parce que ça change un peu tout, surtout en cas de power jam. On l'a appliqué dans le scrimmage ensuite, et ça a marché du tonnerre! (enfin contre des joueuses de notre niveau quoi...)

Et en fin d'aprèm le dimanche, on a finit sur un scrimmage! La blessure de Le K nous ayant un peu refoirdies, et étant bien fatiguées toutes, on a fini par décider de ne faire deux périodes de 20 minutes au lieu de 30...

(Oui, j'avoue, à un moment j'me suis écroulée en sanglots parce que j'ai fait une chute qui a tiré sur mon épaule et ça allié au fait que j'avais l'impression d'arriver à rien, j'ai un peu craqué... Honte...)

tired.gif

Avec Lil Tornad et Peter Punisher, nous étions dans l'équipe blanche, avec Liberty Cure Duncan (Gueuses), Guillotine (Bouchères), et quelques autres (pardon, j'ai pas retenu tous les noms :( ). Chacune des équipes était renforcée par un mec des Panams, chez nous c'était Wasabi Punch (je crois), je me souviens plus du nom de celui qui a aidé les Noires. En voyant qu'elles étaient 11 contre 10 chez nous, qu'il y avait Dolly Prane, Baston la Garce, Louise Bitch'hell, QUeen B-Atch notamment dans l'autre équipe, malgré que les équipes étaient normalement équilibrées, avec Lil Tornad on se dit "bon bah on n'est pas dans la merde". Et puis bon, après tout, on s'en fout, c'est un scrimmage, on est là pour mettre en place ce qu'on a appris, on joue pas notre vie.

yolo.gif

 

Cap'tain Wynn était notre bench, et on se démerdait toutes seules comme des grandes pour faire les lignes. On s'est marrées, on a assisté comme on a pu, Cap'tain Wynn nous a calmées (on est là pour s'amuser!), on a fait pleins de fautes (bouuuuuhhh), on a galéré, mais au final, out of nowhere, on a gagné. De 80 points. On s'en fout un peu du résultat, vu que le but d'un scrimmage de fin de bootcamp est d'appliquer ce qu'on a appris, mais l'écart nous a vraiment surpris, du fait qu'on n'a pas franchement senti de gros écart de niveau dans le jeu. je ne m'explique toujours pas ce résultat... Plus de points gagnés dans les power jam? des murs qui tenaient une chouille mieux? Aucune idée. Les coach aidaient pareil, les niveaux étaient similaires, elles étaient plus nombreuses. En plus, on a foiré pleins de choses : les bridges, on a fait beaucoup (trop) de fautes, etc... Et moi qui jamme jamais (et qui suis mauvaise en jammeuse), j'ai même jammé pour le fun, vu qu'on tournait dans les rôles! Clairement pas un avantage, même si j'ai quand même gagné quelques points! (Bon ok, les deux fois j'étais en power jam, ça aide, forcément...) bref, je ne comprends pas du tout. Comme quoi des fois, ça se joue à pas grand chose... 

meh.gif

Par contre, un truc : j'avais jamais entendu parler de l'effet secondaire du scrimmage ou du match... Je suis prise par une espèce de schyzophrénie. Je deviens réellement une deuxième personne, une espèce de sauvageonne ultra vénère, je grogne quand je me fais envoyer en prison, je fais que crier quand je joue (bon du coup je suis pivot, autant utiliser ma voix qui porte de façon constructive), je hite de toutes mes forces, j'ai l'adrénaline au maximum, je ne ressens plus la douleur ni la fatigue, bref, je me transforme en Hulk féminine sur des patins.

1606404_10151993443637568_1722307350_o.jpg

Dégoûtée (et abattue) (et navrée de moi-même) d'avoir encore fait une faute et de partir en P Box...

photo by Louis Guilbault

A force de patiner, j'ai appris à grogner discrètement et pas (trop) répondre aux refs, mais bordel, normalement même si j'ai un sale caractère, je suis relativement sympa, j'ai le sourire, je me marre, bref, je suis supportable quoi! Mais là, hop, dès qu'on commence à jouer, BIM, mon deuxième moi prend le dessus. Je ne comprends pas, je ne maitrise pas, rien. Je rigole plus, j'ai la haine, je veux me battre, j'arrive sur le track le couteau entre les dents et la rage au ventre. Je crois même avoir créé une grosse incompréhension chez Cap'tain Wynne, tellement cette espèce d'agressivité latente se révèle d'un coup. Je remercie mes coéquipières pour leur patience face à l'espèce de furie que je deviens... Je suis pas sûre que je me supporterai moi-même!

Quoiqu'il en soit, super bootcamp, on a encore appris pleins de trucs, une super ambiance, les coachs étaient au top, bref, j'en redemande!!! Merci les nasty, merci les Coachs, et merci aux officials d'avoir fait le déplacement pour le scrimmage :)

Par contre, après un bootcamp, faudrait vraiment avoir un jour de congé en plus...

bbb final.jpg

Faudrait avoir plus souvent des coach avec une chemise à jabots et un diadème... 

photo by Louis Guilbault

11/11/2013

Boognat Bootcamp

Alooors... Oui, ça fait déjà 2 semaines que ce super bootcamp de foufou est passé. Mais bon, fallait bien ça pour s'en remettre tellement c'était bien.

boognat2.jpg

Ouiii on était tout ça! Copyright Idromel'Art

On est donc parties le vendredi après-midi vers 15h, pour éviter les bouchons. Et on s'est tapé les bouchons de sortie de Paris, pendant 2h... poin poin poinnnn #fail. Bon, donc on a mis 6h pour aller à Clermont au lieu de 4h. Ca c'est fait, le week-end commence bien. Mais c'est pas grave! Countess Lovelace nous raconte ses blagues avec l'accent québécois, et Peter Punisher subit gentiment les CD des Hanson (après une vaine tentative de mettre Notre Dame de Paris). Oui, un bootcamp, ça passe aussi par écouter de la musique de merde.

ntore dame.png

Il est venu le temps des cathédraaaaaalleeeuuuhhh (maintenant tu l'as en tête, de rien)

Samedi matin, on se lève (tête dans les fesses), on part toutes fringantes à ce bootcamp. On arrive, et là, on déchante : bordel, y'a trop de meufs trop fortes là!!! Qu'est-ce qu'on fait là?!!! Entre autre, y'avait Bloody Curly qu'on avait vu jouer au match des Lutèces en Juillet et qui nous avait toutes impressionnées... Et Ephée Drine (2Gr), et Ani Crash, et... bref, pour parler en termes de ligue : les Cannibal Marmots de Grenoble, les Criminal Nurses d'Aubenas, les Lemon Wheels de Genève, Les Auverniaks de Clermont Ferrand (évidemment), les Green Harpies de Saint Etienne, les Death Pouffes de Montpellier, Les L.A.R.D de Lyon, les Missfeets du Mans, des Petites Morts de Bordeaux, des Taxis Derbitches, ... et je suis bien sûre que j'en oublie encore. En gros, pleins de grosses équipes de derby, qui ont toutes fait des matchs. Et nous, on arrive, avec nos 2 pauvres scrimmages (et encore). On s'est donc dit qu'on allait en chier.

crapule boognat.jpg

Crapule qui nous surveille... (copyright Idromel'Art)

On fait le offskate, comme d'hab avec Crapule toujours bien hardcore. Finalement, grâce à coach qui nous en fait faire des supers biens et des supers violents (surtout), on s'en est super bien sorties. Bon, mis à part les 2 minutes de chaise, où perso j'ai dû faire une mini pause au milieu...

Ensuite, on a été regroupées en groupes : Bloqueuses, pivots, jammeuses. Ma première expérience de Pivot... la coach des pivots était Sally Broyeur. Comme dirait les anglo saxons "sweeet" :) On était mélangées aux jammeuses avec leur coach Crapule pendant une bonne partie de la journée, sur différents exercices, principalement de mise en situation, on travaillait sur la communication, etc. Tant que c'était les exercices, ça allait, on s'en sortait toutes pas trop mal, même si on galérait quand même sur certains trucs. A la fin de la journée, pour bien nous achever, une vraie situation de scrimmage avec départ de jam et tout a été organisée, donc première vraie situation où je pivote. Et là, bah putain, j'ai compris ma douleur : ça allait super vite, et j'avais énormément de mal à me gérer moi et à gérer aussi les filles de l'équipe. Dès que j'étais en difficulté y'avait plus personne pour diriger les autres. Une piètre pivot... Et une piètre bloqueuse, parce que j'ai encore du mal à les placer correctement, mes blocks. J'ai donc craqué à la fin, je me sentais inutile et nulle, et j'avais l'impression que les autres filles m'en voulaient pour ça... Alors que sûrement que non, hein. Mais ça, c'est ma parano qui me reprend, surtout quand je suis fatiguée. Je suis donc sortie en larmes de l'entrainement du samedi, j'ai un peu balancé le couvre casque à hooligan en sortant d'un jam parce que j'étais dégoûtée et je m'en voulais de faire du caca (je crois qu'il est d'ailleurs tombé par terre, mais j'étais tellement énervée contre moi-même j'suis pas sûre). Evidemment j'suis allée présenter platement mes excuses après parce que ça se fait pas, et puis en match y'aura forcément des moments durs et je dois pas réagir comme ça.

boognat.jpg

Lady Bloodyva en situation de scrimmage à gauche - Copyright Idromel'Art

Le dimanche, on a refait des exercices le matin, c'était plus de la technique de block. Bon bin je maitrise plus d'un côté que de l'autre hein... Va falloir bosser de faire les choses des deux côtés parce que là je suis clairement une mono-handicapée. (handicapée que d'un côté quoi)

L'après-midi, on a fait un vrai scrimmage. J'étais avec les joueuses blanches, (y compris Ephée Drine et Bloody Curly qui sont très sympas hein d'ailleurs). Evidemment, j'me suis un peu mise la pression toute seule, parce que là, c'était pas un scrimmage entre copines, non. C'était un scrimmage avec des meufs qui ont déjà fait des matchs et tout et tout. Finalement, je pars sur la première ligne de jam. Bon, bah en quoi, 10 secondes, j'étais déjà partie en prison pour un back block. Fail. Tant pis hein... Ca a permis de faire retomber la pression, après j'étais plus détendue. j'ai refait une faute en première période (un coude qui se baladait un peu trop...), mais j'en ai pas fait en 2e période, ouf. C'est un peu une de mes plus grandes peurs que d'être exclue du match parce que trop de fautes... Bref. J'ai été un peu plus efficace en pivot, même si clairement, avec Ephée Drine en pivot, j'ai compris ce qu'est un vrai bon pivot : elle te dit où aller, et t'as juste pas de question à te poser : tu suis, point. Ultra formateur. J'ai déjà senti une progression en 24h, je trouve ça bien. Et c'est là aussi où tu réalises que certains roaster tournent mieux que d'autres : on a réussi à faire un mur de foufou avec Ephé Drine, Peter Punisher et Nikita Race, notre jammeuse a fait 4 tours pendant que l'autre jammeuse en n'avait pas fait un seul. TROP fière. Le résultat du scrimmage on s'en tape, on a juste kiffé notre race et graaaave appris.

boognat1.jpg

Une tentative ratée de pivot pour moi : Ephé Drine (dans mon dos à gauche) dirigeait mieux que moi, même sans le couvre casque de pivot :D (copyright idromel'Art)

On est revenues de ce week-end complètement chamboulées, à la fois heureuses de pas avoir été à la ramasse pendant 2 jours (ouais, on n'était franchement pas ridicules, et ça, ça fait plaisir, et on n'a même pas eu de courbatures!) et remontées à block parce qu'on a pu voir où on en était en termes de jeu, et en résumé : y'a du taf.

Depuis, ça nous a vachement décoincées, et les entraînements qu'on fait depuis ont pris une autre tournure : on travaille vraiment sur les réflexes et les stratégies, on commence à avoir une vraie cohésion d'équipe, et ça ressemble de plus en plus à du vrai derby. 

La prochaine étape : des scrimmages. On en a au moins 2 de prévus, un où on complète les copines de Nasty Pécheresses, et un autre où elles viennent nous aider. Bon, on va se faire botter les fesses, mais on va enfin voir ce qu'on donne en situation réelle. Encore un petit pas vers une nouvelle progression... :)

boognat3 BB.jpg

Les Bashing Banshees présentes au bootcamp, avec les coachs Hooligan, Crapule et Sally Broyeur!

Copyright Idromel'Art

PS : merci à Sally Hurricane de nous avoir gentiment accueillies chez ses parents tout le w-e, un troupeau de morues comme nous c'est pas facile tous les jours...