Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2014

Vacances.

Ayait, c'est les vacances!

Alors bon, certaines continuent de faire du derby, pendant que d'autres arrêtent le temps d'un été pour se reposer... Dont moi, même si le repos dure déjà depuis le mois de Mai >< Mon épaule est remise, je peux refaire du sport, mes séances de kiné sont terminées... Mais les hits ne reviendront qu'à la rentrée pour moi, comme ça mon épaule aura eu le temps de se remuscler pour de bon. Enfin ça c'est la théorie...

fat.gif

Voilà, ça c'est plutôt moi pendant les vacances

En pratique, bah voilà. C'est les vacances. Le sport se met un peu en veille. Je remonte à cheval régulièrement, je tente de patiner en rando comme tous les étés. Et même que pour l'occasion, j'a recyclé mes platines triton et les ai mises sous des chaussures Patrick Ewing, j'aime mes nouveaux patins de rando d'amour <3 (et mes nouvelles platines de derby aussi, mais j'ai pas trop eu l'occasion de les tester du coup). Pour le petit aparté des détails de pourquoi ces pompes (en dehors du fait qu'elles sont trop belles) : j'ai fait ma petite étude sur les montages de quad, en particulier en épluchant le site rollerquad.net ... J'ai longtemps étudié différentes solutions : boots de rink hockey, boots d'artistique, basket? sachant que mon budget est petit... A priori, les boots de rink sont bien pour tout mais dans la rue, de part leur rigidité, elles transmettent plus les vibrations... Donc paye tes ampoules au taquet. Ensuite, pour les boots d'artistique, elles sont bien mais très rigides. Sachant que je fais pas non plus du freestyle et que je fais que rouler, est-ce que vraiment j'avais besoin de ça? Pas vraiment. j'a iétudié le fait d'acheter des patins artistiques mais pour la glace, virer la lame et foutre des roues à la place. A priori c'est largement faisable et pas stupide, mais malheureusement leboncoin n'a pas su me fournir des patins à ma taille sans payer un bras la paire...

IMG_20140716_081436.jpg

Ahhh je les aime d'amour <3

J'ai donc attendu les soldes et suis partie sur des baskets, parce que de par leur confort ne transmettent pas trop les vibrations de la rue, et rentraient dans mon budget. Mais pas n'importe lesquelles : il faut des baskets avec des semelles rigides sans bulle d'air pour pas que quand tu fous ton poids sur les patins, tu sentes la platine sous tes pieds. Donc il faut s'orienter vers des chaussure de basket. Ensuite, il faut qu'elles soient neuves pour pouvoir se faire à ton pied. En prenant des baskets d'occasion qui ont déjà servi pour marcher, on s'expose à des problèmes de pieds qui glissent dans la chaussures ou des problèmes de confort... Et enfin, j'ai pris des baskets qui montent pour tenir un minimum la cheville.
C'est mon amoureux Tonton Slibard Master Fabricator qui me les a montés! (il faut aussi des machine à tracer le track, des boîtes pour les NSO, etc... Bref, il est trop fort!)

Je les ai testées semaine dernière en rando, et elles sont parfaites. Je pense juste faire un laçade type hockey pour bien tenir mon pieds dans la chaussure.

rink hockey.jpg

Regarde sa boot là à droite en bas, c'est comme ça qu'il faut que je lace ;)

Mais bon, les randos et le poney c'est bien, mais ça me suffit pas. Il faut vraiment que je muscle mon épaule (et que je me remuscle en général) pour reprendre dans de bonnes conditions physiques. Du coup, après 1 an où mes coéquipières me tannent avec le crossfit, j'ai fini par essayer, histoire de me pas finir idiote. Bon. J'ai jamais été fan de fitness, ça n'a fait que confirmer ma pensée. Au delà du fait que bon, enchaîner des mouvements pour faire des mouvements, sans vraiment avoir un but, c'est pas mon kiff, pour aller là-bas il faut pouvoir accepter de se faire mater dégueulasse, d'être entouré de gens qui aiment s'admirer.

crossfit.jpg

Genre tu vois ça c'est pas tellement mon kiff...

 

Mes coéquipières ça ne les dérange pas (et tant mieux pour elles) mais personnellement je n'ai jamais apprécié cette ambiance que je trouve malsaine. (Tape crossfit dans google image, tu comprendras) Sûrement parce que personnellement je ne suis pas une bonnasse trop bien foutue, que mon corps est ce qu'il est avec ses défauts, et que clairement, même si dans la vie de tous les jours, je vis plutôt bien avec, dès que je fous les pieds dans ce genre d'endroit, j'ai juste l'impression d'être une espèce de baleine agonisante. Sans parler du fait que par le passé, j'ai déjà torturé mon corps et que j'ai décidé de désormais lui foutre un peu la paix. Il faut donc que le sport reste un plaisir pour que j'y aille... Malgré tout, je l'admets : c'est une super manière de faire de la préparation physique pour le roller derby, les différents exercices permettent de muscler l'ensemble de son corps.

Bref, tout ça pour dire, va falloir que je me muscle, mais je sais pas trop comment... Si vous avez des idées... En attendant, je vais voir à me faire violence et peut-être retourner à la salle de gym, mais bon. Si vous avez plus ludique, plus sympa, moins chiant... Je prend :)

13/03/2014

Sexisme et Roller Derby

Je vais vous parler d'un sujet qui engage un peu plus mon avis personnel. Je réagis suite à cet article qui m'a donné envie de vomir. Ce "harcèlement de rue" que nous, les filles, avons appris à supporter tous les jours. Que nous subissons sans tellement dire grand chose, finalement. Car on le sait : on le cherche, on le mérite, de toute façon les filles ne sont là que pour pondre des chiards, c'est mère Nature qui nous a faites comme ça. Et le Roller Derby, c'est ce sport qui m'a permis à la fois de me réveiller, de refuser tout ça, et de m'affirmer. Je m'explique.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

J'ai été élevée dans une famille somme toutes normale. Classe moyenne, deux grands frères, parents fonctionnaire et cadre. Depuis toute petite, j'ai voulu suivre mes frères. Ils ont été mes exemples pendant très longtemps. Mon éducation a été faite de la même manière pour eux et pour moi, j'en remercie encore mes parents. Ma mère s'est beaucoup battue toute sa vie pour rappeler que malgré le fait qu'elle soit une femme, elle n'en est pas moins bien qu'un homme. Elle sait comment marche une voiture, est particulièrement indépendante, et n'a pas la langue dans sa poche. On ne m'a pas reléguée aux travaux ménagers sous prétexte que j'étais une nana, j'ai été élevée "comme un mec" (enfin c'est ce qu'on ma souvent dit, comme si il pouvait y avoir une éducation pour les filles et une éducation pour les garçons). Du coup, je ne fais pas la cuisine (ça me fait chier), je ne sais pas coudre (à part les boutons), faire le ménage m'agace au plus haut point, et je suis bordélique. Par contre, j'aime bien les voitures, j'ai fait des études scientifiques (que j'ai même plutôt bien réussies, dit donc), je travaille dans le bâtiment, au milieu de mecs.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

Pourtant, toute ma vie, et ça continue encore aujourd'hui, en tant que nana, j'ai eu droit à tellement de remarques, que j'ai souvent prises comme argent comptant, comme si c'était vrai. Le fait que quand tu es une nana et que tu parles un peu fort, parfois un peu vulgairement (oui, je l'admets), tu es donc classée dans la catégorie "Bonhomme", "fausse fille", voir même "lesbienne". Ah bon? Donc quoi, une fille doit forcément être douce, gentille, polie, ne rien dire, "bien élevée" et sourire? Une lesbienne doit forcément ressembler à un mec, ne peut pas porter des robes? .... Je fais aussi partie de ces gens qui ne fument pas et ne boivent pas. Pas par conviction, simplement par choix : je n'aime pas ça. Pourtant, j'ai eu le droit aux remarques du type "quoi? Tu bois pas, tu fumes pas? Mais tu fais quoi, tu baises?" ... Rendons-nous à l'évidence, un mec n'aurait jamais eu droit à ce genre de remarque.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

Ensuite. Dans mon travail, j'ai remarqué un truc : à mêmes études et mêmes compétences, quand tu es une fille, tu dois faire tes preuves. Quand tu es un homme, on part du principe que tu es compétent. il m'a fallu claquer le beignet à quelques-uns pour m'imposer, et je suis encore obligée de le faire régulièrement. J'ai été obligée de gueuler pour de vrai une fois (le genre de coup de gueule où tout l'étage t'entends), mais ça a permis d'imposer un peu de respect pour ceux qui me prenaient pour leur secrétaire ou leur stagiaire au lieu d'une ingénieur comme eux.

Je remarque aussi que jouer la fille un peu bête et stupide, que minauder, ça aide à obtenir des trucs. Ca passe mieux auprès de ces messieurs, on ne les atteint pas dans leur virilité. Parce que quand tu gueules, tu te mets en position de force, du coup on te dira que tu es une chieuse. Alors qu'un mec qui gueule, il est virile.

Et je ne parle même pas des blagues et/ou propos sexistes que j'entends (très) régulièrement. Comme l'autre jour où un mec m'a affirmé que en sport, si tu mets un mec face à une nana, c'est forcément le mec qui gagne. L'argument que la technique peut compter aussi au delà de la force physique n'a pas convaincu. Sans commentaire.

J'ai aussi arrêté de porter des jupes un peu trop courtes, des robes un peu trop moulantes. Les regards de gros dégueulasses me soûlent trop.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

Jusque là, j'avais presque culpabilisé d'être ce que je suis : indépendante, pas dans le "moule", grande gueule. Un ex avait même réussi à me reprocher d'être celle que je suis, en voulant me transformer en "vraie fille". Comme si une fille devait forcément être sexy, pas trop intelligente, se taire, etc. Le jour où j'ai eu l'impression d'être quelqu'un d'autre, je l'ai largué. Bon débarras. Mon copain actuel me respecte comme je suis, et je l'en remercie chaque jour.

Et depuis que je fais du derby, ma vie a changé. Je suis celle que je suis et je l'assume. J'ai aimé le derby aussi pour ça : tu n'as pas besoin de justifier de qui tu es. Les filles ne sont pas prises pour des petites choses fragiles qu'il faut protéger : on sait se démerder et se défendre toutes seules. J'assume maintenant complètement ma grande gueule (c'est même un atout sur le track). J'envoie plus facilement chier les gens quand ils me gonflent. Je me laisse encore moins faire.
Dans le métro, les "frotteurs" avant je leur disais pas grand chose. J'ai la chance qu'un regard vénère suffisait pour les dissuader (paraît que j'ai le regard expressif, ils doivent y voir leurs bollocks en bandoulière). Mais maintenant, je suis prête à me battre, et à les afficher devant tout le monde. Plus d'inquiétude, plus d'hésitation, plus de question à cause du "qu'en dira-t-on". Ce n'est pas moi qui suis en tort, bordel. C'est eux.
Quand je me sens pas en sécurité, je suis prête à retourner une droite au premier qui me cherche, et à me battre de toutes mes forces. Je n'accepte plus tout ce manque de respect fait aux femmes sous prétexte que nous sommes "le sexe faible". Que nous "cherchons" quand on se fait emmerder quand notre jupe est "trop courte". (je savais pas qu'il y avait une longueur minimum imposée, hein...). 

Je deviens de plus en plus intolérante face aux incivilités faites aux femmes. Tout ce sexisme latent que tout le monde trouve normal (genre le Stabilo pour les femmes, pour ne parler que des sujets les plus récents. Comme si les femmes avaient besoin d'un stylo spécial pour elles, comme si elles ne savaient pas gérer les choses faites pour les mecs. Tellement représentatif de la perception de la femme dans notre société.) Et le fait que j'accepte encore moins tout ça, je trouve ça bien, en fait. Parce que si un jour j'ai des gosses, j'aimerai qu'ils aient la même vie, fille ou garçon. Que je n'ai pas à dire à ma fille de faire attention quand elle rentre seule le soir, qu'elle ne soit pas prise pour une bouffonne sous prétexte que c'est une nana, etc.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

 

Mais le derby fait aussi que je me pose aussi plus de questions : mardi j'étais au concert de Steel Panther. Des nanas ont fini seins nus à se frotter de façon assez suggestive aux membres du groupe. Ma première pensée à propose de ces nanas est "mais putain, respecte-toi là". Mais maintenant, contrairement à avant, je me dis ensuite "Mouais, après tout, elles font ce qu'elles veulent". Parce qu'après tout, c'est pas parce qu'elles ont décidé de montrer leurs boobies que ce sont des "chaudasses" pour autant. 

Et finalement, je me dis quand même une chose : heureusement que le derby est là. Ce sport permet de faire avancer les choses, et là on a des montagnes à déplacer. Vu l'engouement pour le sport, j'espère bien que ça continuera comme ça. Les montagnes bougeront plus vite. Car les hommes qui font du derby font aussi parti de ces mecs qui, de par l'esprit véhiculé par ce sport, ont du respect pour les femmes. Car, heureusement, des mecs biens, il y en a aussi... (Même si certains prennent le derby pour un repère à vagins. Une minorité, heureusement.)

Ah et attention, révélation : les filles pètent, rotent, et font caca. Et même que ça pue. OUAIS.

21:10 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : roller derby, sexisme, roller, quad

16/12/2013

Keep rollin'...

Ces derniers temps, j'ai pas trop mis à jour ce blog. Pourquoi donc? Bah j'ai eu droit à ma petite baisse de régime perso. J'vous passe les détails, mais j'ai eu un peu mon syndrôme burn-out du derby, les nerfs qui ont lâché. Trop de derby tue le derby... (et puis une quantité de taf de fou qui a pas aidé non plus) Mais avec les dernières semaines, ça va mieux, même si maintenant c'est plutôt mon corps qui me dit merde. La pause de Noël sera salutaire, je pense...

Deux choses : on a fait un scrimmage pour le Téléthon le 30 Novembre et puis le week-end Team France.

Pour ce scrimmage pour le Téléthon, on a appris que notre club de roller (les R2R) organisait cet évènement quoi, 3 semaines avant la date fatidique? En gros, très peu de temps pour organiser quoique ce soit, toutes les équipes déjà bookées, et trouver des refs était même de l'ordre de l'impossible. On a donc décidé de pas se prendre la tête : on invite un peu qui veut venir, on fera au pire de l'auto discipline, et voilà. Le but étant de montrer ce qu'est le derby aux non initiés et de donner de l'argent au Téléthon!

affiche téléthon.jpg

L'affiche pour l'occasion! Réalisée amoureusement par notre comité com' :)

Tant bien que mal, des joueuses d'une bonne partie des ligues parisiennes sont venues : PRG, Gueuses de Pigalle, Boucherie de Paris, Nasty Pécheresses, Lutèces Destroyeuses. Du beau monde en veux-tu en voilà. Et même des baby ref, qui ont profité de l'occasion pour s'entraîner, c'était aussi le but! :)

J'étais dans l'équipe blanche, avec Barbie Rouste (Boucherie), Kill Belle (PRG), Miss Gadin (PRG), Odalicious Basterds (PRG), Nemorragie (Gueuse), Louis Bitch'Hell (Nasty) pleins de coéquipières banshees (Queen B-Atch, Vomi de Chaton, Corrida, Le K). Crapule en bench, et Cysar notre coach avec! Une équipe du tonnerre, où tu apprends beaucoup des expérimentées... On a joué dans la bonne humeur, on a essayé de faire des choses biens, etc. En tant que pivot j'étais pas au top, tout simplement parce que j'écoutais plus les filles fortes (genre Kill Belle et Barbie Rouste) plutôt que de donner des directives moi-même... Mais bon, j'ai bien appris, c'est le but des scrimmages!

1496519_10201993960363159_1303948351_o.jpg

Echauffement avec Kill Belle (copyright Nicolas Lo)

Rumble Roses était dans l'équipe des Noires, et à un moment où je me lançais sur un recyclage, m'a complètement coupée dans mon élan et m'a dégagée littéralement, j'ai volé... Et suis retombée le cul sur mon patin. Sur le moment, rien de grave, j'ai eu plus peur pour mon genou qu'autre chose. Le scrimmage passe, Dolly Prane me dégage aussi une fois (bordel, laissez-moi faire mon taf tranquille là!). Je recycle bien, mais mes hits sont toujours autant inutiles... A un moment, la jammeuse de l'équipe adverse que je m'apprêtais à hiter me dit "no pack no pack!" ... Ca m'a déstabilisé 2 secondes, mais il n'avait pas été sifflé, donc je l'étais pas encore ou alors tant pis, j'y suis allée quand même... Et son patin a gentiment rencontré mon tibia dans le mouvement... Aie. Tant pis. Mais elle est tombée quand même aussi!

rumbleroses.jpg

Rumble Roses qui met une correction à Nemo... Aouch (copyright Nicolas Lo)

Résultat final, les blanches (mon équipe) avons gagné de genre 50 points... Me souviens plus du score exact, peu importe de toute façon. Le but étant qu'une fois de plus, on a acquis un peu plus d'expérience (surtout que c'était le premier vrai scrimmage pour certaines des Banshees). Et puis on s'est fait plaisir, et c'était bien le principal! L’ambiance était super bonne, j'espère vraiment pouvoir recommencer ce genre de scrimmage mixte plus souvent parce que c'était vraiment sympa. Par contre, j'ai pas pu rester au roller disco après, j'avais concours d'équitation le lendemain...

Mon premier CSO depuis 3 ans. Sachant qu'une semaine avant j'avais fait de la merde. Censée enchaîner un parcours, j'ai jamais passé le 4e obstacle... Dérobade sur dérobade, j'ai complètement paniqué, j'ai fini en pleurs et le coach m'a dit de rentrer chez moi... Autant dire que j'suis pas arrivée sereine. Levée à 6h du mat', j'enchaînais les épreuves club 3 et club 2 (70 à 90cm de haut). Détente, 1e obstacle de 30cm, elle me fait un refus. Ah bah ça commence bien. Gros coups de cravache, et c'était reparti. Sur le premier parcours elle a dérobé le premier et après c'était bon. Sur le 2e elle a retenté, mais j'ai anticipé, elle a du coup fait une barre. Puis une 2e barre après un saut complètement à l'arrache. Mais finalement, c'était bien pour un premier concours après 3 ans d'inactivité, et après un cours catastrophique!

1480656_10202610460922298_1703113997_n.jpg

Allez pour une fois une p'tite photo de poney (photo par Mylène P.)

Bref. Par contre, dimanche aprèm jusqu'à mardi, j'étais pliée en deux : impossible de me redresser, ça me lançait dans le bas du dos. Au début j'ai cru c'était des courbatures, et en fait non... Sacrum déplacé. Merci Rumble et ton block de foufou! Et merci Monsieur l'osthéo qui me l'a remis droit, sinon j'aurai jamais pu faire le bootcamp Team France de ce week-end. C'était d'ailleurs un peu le week-end Team France : les matchs des Quedalles puis de la Team France samedi, puis le bootcamp hier. J'y suis allée en me disant qu'au pire je serai une des plus nulles comme à Clermont, mais que tant pis.

Bon déjà, 3 matchs enchaînés samedi, c'est long. Chui pas prête à aller voir un tournoi moi en fait! Mais ça a permis de découvrir des joueuses de haut niveau qu'on connaissait pas forcément, ou juste de nom : Cash Pistache, Viv' La France, French Revolution, etc... Le niveau des sélectionnées françaises est effectivement très très élevé. Les Reste de la France ont perdu de beaucoup à chaque fois. En même temps elles n'avaient pas pu non plus s'entraîner ensemble... mais c'était sympa de voir jouer tout ce beau monde! Le niveau était impresionnant. Avec Blanche de Casagne des Lutèces B, on s'est dit que notreo bjectif c'était que dans 3 -4 ans, c'était nous. Ouais... On y croit :D

patin francais.jpg

Puis hier, le bootcamp. On devait faire le choix de différents ateliers. J'avais choisi Pivot, 1 VS 1, blockage, et Attaque/Défense. Les coachs étaient ('entre autre) Sally Broyeur, Helle Alaniak, Dure As Hell, Cherry Lielie, Meryl StripHer, Lo Ravage, Wild, Hooligan, Adele Linquent, Karla Karscher, No Pix Plz, Roxy Bat Girl. Que du beau monde. Chaque atelier durait une heure, et chacun était riche en exercices. C'était un peu frustrant parce que on n'avait finalement pas tellement le temps d'approfondir, donc il fallait bien retenir pour s'entraîner dans notre ligue plus tard.

Finalement, l'atelier Pivot s'est mélangé avec l'atelier recyclage. Le but était en gros d'apprendre à recycler tout en communiquant bien avec tes coéquipières. Pas toujours évident, parce que les exercices se complexifiaient tout au long de l'atelier, et à la fin ça a donné un beau bordel... Mais c'était instructif. La communication orale mais aussi physique compte énormément, et ça demande une coordination assez folle. Quand tu connais pas les filles avec qui tu roules c'est pas toujours évident... On a aussi travaillé à diriger un pack avec le pivot qui avance en reculant, et qui dirige le pack qui a les yeux fermés... On l'avait déjà bossé à Clermont, j'aime bien cet exercice, c'est pas évident mais pour la communication orale il est top.

L'atelier attaque/défense était géré par Dure As Hell, No Pix Plz et Hell Alaniak. Plusieurs exercices pour soit aider sa jammeuse, soit se protéger de la jammeuse adverse. Très très très intéressant, ça permet de se rendre compte que tout est une question de timing : en cas d'aide à sa jammeuse, notamment en power jam, aider une fois, pas plus. Sinon si on se laisse emporter, on continue de former le pack avec les joueuses adverses et on ne peut pas créer le no pack. Suite à un bridge, quand notre jammeuse essaie de passer, si on ne peut pas se reformer, on peut aider quand même : la jammeuse doit dire où elle va, et les autres, une à une quand elles se font rattraper par le pack, aident leur jammeuse. Ou alors, quand une jammeuse adverse colle à notre jammeuse pour passer le pack, le mur doit bien se refermer usr elle... Pas du tout évident celui-là.

Ensuite, atelier blockage : là où j'en ai le plus chié. Notamment parce que c'était avant manger et que j'avais faim (limite en hypoglycémie je pense) On devait bosser le blocage sur les stoppers et le "shuffle" : tu joues avec tes patins pour ralentir au max la jammeuse qui pousse et pas te faire emporter par sa vitesse... Bon, donc j'avais un bleu sur le pouce du pied à gauche, donc le blocage sur stoppers j'ai quasi rien pu faire, j'en chiais trop (d'ailleurs j'ai fini par saigner dans ma chaussette... Classe). Et le shuffle... Hem, bah je maîtrise pas du tout, hein. Soit je me casse la gueule, soit mes pieds décollent pas du sol. J'y arrive pas, c'est navrant de nullité. Encore un truc à bosser quoi...

shuffle.gif

Quand je tente le shuffle...

1 VS 1, avec Hooligan et Adele Linquent, a été mon préféré de tous je crois. Apprendre à bien bloquer proprement, à bien virer la jammeuse. On a travaillé les fentes, les fentes enchaînées avec un hit de cul pour sortir la jammeuse (on l'avait fait à Clermont celui-là aussi) le moustique, etc. En gros, tu dois bloquer une fille comme tu peux, tu te colles à elle de toute les manières possibles (et légales) Le but étant de toujours garder le contact. Donc t'as une fille qui fait office de "jammeuse", elle avance et pousse un minimum, et toi tu te "frottes" et colles à elle, tu la bloques en changeant tout le temps de position sans jamais perdre le contact, et toujours légalement. Et attention aux stop block! ;) L'idée est d'être "énervante" comme un moustique à rester tout le temps collé... :) C'était cool, j'aime bien faire ça. Le moustique bon je tiens pas toujours bien sur mes patins, et les fentes ya un côté qui passe bien mieux que l'autre... à gauche je suis vraiment mauvaise. D'ailleurs la seule tentative de ce côté fut un gros fail. Un autre truc à bosser (j'ai une liste longue comme mon bras)

Puis on a enchaîné sur le scrimmage. C'était cool de patiner avec des fortes, même si tu te sens mauvaise, boulet, tout ça. Mais ça forme tellement! J'ai même réussi à tenter un hit propre, sans me jeter (même si la jammeuse en face m'a fait un contre blockage et c'est moi qui ait volé...). Et j'ai fait la faute la plus conne du monde : false start. Pas entendu la première "injonction", du coup chui partie en prison... J'peux vous dire que c'est la dernière fois que mon patin traîne comme ça, ça m'a un peu énervé! ><

Pbox.gif

Cette fois-ci, j'étais avec les noires, et on a perdu... De peu : 111 à 120. Tous les scrimmages que j'ai fait ces derniers temps, c'était les blancs qui gagnaient! La loi des séries... Une situation cependant où je me pose des questions : on leur a un peu "offert" un power jam. La jammeuse de notre équipe s'est blessée en dehors du track, est donc partie, avec son couvre casque donc personne n'a pu la remplacer. Et la fin de jam n'a pas été sifflée... Curieux. Je sais pas si c'est une situation normale, ou pas. Donc bon, prochaine fois qu'une jammeuse se fait mal, retenir qu'il faut agoniser SUR le track, pour pas que ce genre de situation arrive....

Conclusion de tout ça : je me rends compte que je maîtrise certaines choses, que je suis pas ridicule quand même, et que je suis de moins en moins perdue en situation de match. Mais il reste beaucoup de choses où j'ai vraiment besoin de m'améliorer. Pour mes hit, je me jettes, je me laisse tomber au lieu de rester sur mes patins. Alors que je sais le faire à l'entraînement hein, mais dès qu'on se retrouve en situation de scrimmage... Ya plus personne. Bosser le schuffle, les fentes vers la gauche, la communication... Pfouh. Bref, beaucoup beaucoup de boulot encore.