Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2014

Vacances.

Ayait, c'est les vacances!

Alors bon, certaines continuent de faire du derby, pendant que d'autres arrêtent le temps d'un été pour se reposer... Dont moi, même si le repos dure déjà depuis le mois de Mai >< Mon épaule est remise, je peux refaire du sport, mes séances de kiné sont terminées... Mais les hits ne reviendront qu'à la rentrée pour moi, comme ça mon épaule aura eu le temps de se remuscler pour de bon. Enfin ça c'est la théorie...

fat.gif

Voilà, ça c'est plutôt moi pendant les vacances

En pratique, bah voilà. C'est les vacances. Le sport se met un peu en veille. Je remonte à cheval régulièrement, je tente de patiner en rando comme tous les étés. Et même que pour l'occasion, j'a recyclé mes platines triton et les ai mises sous des chaussures Patrick Ewing, j'aime mes nouveaux patins de rando d'amour <3 (et mes nouvelles platines de derby aussi, mais j'ai pas trop eu l'occasion de les tester du coup). Pour le petit aparté des détails de pourquoi ces pompes (en dehors du fait qu'elles sont trop belles) : j'ai fait ma petite étude sur les montages de quad, en particulier en épluchant le site rollerquad.net ... J'ai longtemps étudié différentes solutions : boots de rink hockey, boots d'artistique, basket? sachant que mon budget est petit... A priori, les boots de rink sont bien pour tout mais dans la rue, de part leur rigidité, elles transmettent plus les vibrations... Donc paye tes ampoules au taquet. Ensuite, pour les boots d'artistique, elles sont bien mais très rigides. Sachant que je fais pas non plus du freestyle et que je fais que rouler, est-ce que vraiment j'avais besoin de ça? Pas vraiment. j'a iétudié le fait d'acheter des patins artistiques mais pour la glace, virer la lame et foutre des roues à la place. A priori c'est largement faisable et pas stupide, mais malheureusement leboncoin n'a pas su me fournir des patins à ma taille sans payer un bras la paire...

IMG_20140716_081436.jpg

Ahhh je les aime d'amour <3

J'ai donc attendu les soldes et suis partie sur des baskets, parce que de par leur confort ne transmettent pas trop les vibrations de la rue, et rentraient dans mon budget. Mais pas n'importe lesquelles : il faut des baskets avec des semelles rigides sans bulle d'air pour pas que quand tu fous ton poids sur les patins, tu sentes la platine sous tes pieds. Donc il faut s'orienter vers des chaussure de basket. Ensuite, il faut qu'elles soient neuves pour pouvoir se faire à ton pied. En prenant des baskets d'occasion qui ont déjà servi pour marcher, on s'expose à des problèmes de pieds qui glissent dans la chaussures ou des problèmes de confort... Et enfin, j'ai pris des baskets qui montent pour tenir un minimum la cheville.
C'est mon amoureux Tonton Slibard Master Fabricator qui me les a montés! (il faut aussi des machine à tracer le track, des boîtes pour les NSO, etc... Bref, il est trop fort!)

Je les ai testées semaine dernière en rando, et elles sont parfaites. Je pense juste faire un laçade type hockey pour bien tenir mon pieds dans la chaussure.

rink hockey.jpg

Regarde sa boot là à droite en bas, c'est comme ça qu'il faut que je lace ;)

Mais bon, les randos et le poney c'est bien, mais ça me suffit pas. Il faut vraiment que je muscle mon épaule (et que je me remuscle en général) pour reprendre dans de bonnes conditions physiques. Du coup, après 1 an où mes coéquipières me tannent avec le crossfit, j'ai fini par essayer, histoire de me pas finir idiote. Bon. J'ai jamais été fan de fitness, ça n'a fait que confirmer ma pensée. Au delà du fait que bon, enchaîner des mouvements pour faire des mouvements, sans vraiment avoir un but, c'est pas mon kiff, pour aller là-bas il faut pouvoir accepter de se faire mater dégueulasse, d'être entouré de gens qui aiment s'admirer.

crossfit.jpg

Genre tu vois ça c'est pas tellement mon kiff...

 

Mes coéquipières ça ne les dérange pas (et tant mieux pour elles) mais personnellement je n'ai jamais apprécié cette ambiance que je trouve malsaine. (Tape crossfit dans google image, tu comprendras) Sûrement parce que personnellement je ne suis pas une bonnasse trop bien foutue, que mon corps est ce qu'il est avec ses défauts, et que clairement, même si dans la vie de tous les jours, je vis plutôt bien avec, dès que je fous les pieds dans ce genre d'endroit, j'ai juste l'impression d'être une espèce de baleine agonisante. Sans parler du fait que par le passé, j'ai déjà torturé mon corps et que j'ai décidé de désormais lui foutre un peu la paix. Il faut donc que le sport reste un plaisir pour que j'y aille... Malgré tout, je l'admets : c'est une super manière de faire de la préparation physique pour le roller derby, les différents exercices permettent de muscler l'ensemble de son corps.

Bref, tout ça pour dire, va falloir que je me muscle, mais je sais pas trop comment... Si vous avez des idées... En attendant, je vais voir à me faire violence et peut-être retourner à la salle de gym, mais bon. Si vous avez plus ludique, plus sympa, moins chiant... Je prend :)

13/03/2014

Sexisme et Roller Derby

Je vais vous parler d'un sujet qui engage un peu plus mon avis personnel. Je réagis suite à cet article qui m'a donné envie de vomir. Ce "harcèlement de rue" que nous, les filles, avons appris à supporter tous les jours. Que nous subissons sans tellement dire grand chose, finalement. Car on le sait : on le cherche, on le mérite, de toute façon les filles ne sont là que pour pondre des chiards, c'est mère Nature qui nous a faites comme ça. Et le Roller Derby, c'est ce sport qui m'a permis à la fois de me réveiller, de refuser tout ça, et de m'affirmer. Je m'explique.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

J'ai été élevée dans une famille somme toutes normale. Classe moyenne, deux grands frères, parents fonctionnaire et cadre. Depuis toute petite, j'ai voulu suivre mes frères. Ils ont été mes exemples pendant très longtemps. Mon éducation a été faite de la même manière pour eux et pour moi, j'en remercie encore mes parents. Ma mère s'est beaucoup battue toute sa vie pour rappeler que malgré le fait qu'elle soit une femme, elle n'en est pas moins bien qu'un homme. Elle sait comment marche une voiture, est particulièrement indépendante, et n'a pas la langue dans sa poche. On ne m'a pas reléguée aux travaux ménagers sous prétexte que j'étais une nana, j'ai été élevée "comme un mec" (enfin c'est ce qu'on ma souvent dit, comme si il pouvait y avoir une éducation pour les filles et une éducation pour les garçons). Du coup, je ne fais pas la cuisine (ça me fait chier), je ne sais pas coudre (à part les boutons), faire le ménage m'agace au plus haut point, et je suis bordélique. Par contre, j'aime bien les voitures, j'ai fait des études scientifiques (que j'ai même plutôt bien réussies, dit donc), je travaille dans le bâtiment, au milieu de mecs.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

Pourtant, toute ma vie, et ça continue encore aujourd'hui, en tant que nana, j'ai eu droit à tellement de remarques, que j'ai souvent prises comme argent comptant, comme si c'était vrai. Le fait que quand tu es une nana et que tu parles un peu fort, parfois un peu vulgairement (oui, je l'admets), tu es donc classée dans la catégorie "Bonhomme", "fausse fille", voir même "lesbienne". Ah bon? Donc quoi, une fille doit forcément être douce, gentille, polie, ne rien dire, "bien élevée" et sourire? Une lesbienne doit forcément ressembler à un mec, ne peut pas porter des robes? .... Je fais aussi partie de ces gens qui ne fument pas et ne boivent pas. Pas par conviction, simplement par choix : je n'aime pas ça. Pourtant, j'ai eu le droit aux remarques du type "quoi? Tu bois pas, tu fumes pas? Mais tu fais quoi, tu baises?" ... Rendons-nous à l'évidence, un mec n'aurait jamais eu droit à ce genre de remarque.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

Ensuite. Dans mon travail, j'ai remarqué un truc : à mêmes études et mêmes compétences, quand tu es une fille, tu dois faire tes preuves. Quand tu es un homme, on part du principe que tu es compétent. il m'a fallu claquer le beignet à quelques-uns pour m'imposer, et je suis encore obligée de le faire régulièrement. J'ai été obligée de gueuler pour de vrai une fois (le genre de coup de gueule où tout l'étage t'entends), mais ça a permis d'imposer un peu de respect pour ceux qui me prenaient pour leur secrétaire ou leur stagiaire au lieu d'une ingénieur comme eux.

Je remarque aussi que jouer la fille un peu bête et stupide, que minauder, ça aide à obtenir des trucs. Ca passe mieux auprès de ces messieurs, on ne les atteint pas dans leur virilité. Parce que quand tu gueules, tu te mets en position de force, du coup on te dira que tu es une chieuse. Alors qu'un mec qui gueule, il est virile.

Et je ne parle même pas des blagues et/ou propos sexistes que j'entends (très) régulièrement. Comme l'autre jour où un mec m'a affirmé que en sport, si tu mets un mec face à une nana, c'est forcément le mec qui gagne. L'argument que la technique peut compter aussi au delà de la force physique n'a pas convaincu. Sans commentaire.

J'ai aussi arrêté de porter des jupes un peu trop courtes, des robes un peu trop moulantes. Les regards de gros dégueulasses me soûlent trop.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

Jusque là, j'avais presque culpabilisé d'être ce que je suis : indépendante, pas dans le "moule", grande gueule. Un ex avait même réussi à me reprocher d'être celle que je suis, en voulant me transformer en "vraie fille". Comme si une fille devait forcément être sexy, pas trop intelligente, se taire, etc. Le jour où j'ai eu l'impression d'être quelqu'un d'autre, je l'ai largué. Bon débarras. Mon copain actuel me respecte comme je suis, et je l'en remercie chaque jour.

Et depuis que je fais du derby, ma vie a changé. Je suis celle que je suis et je l'assume. J'ai aimé le derby aussi pour ça : tu n'as pas besoin de justifier de qui tu es. Les filles ne sont pas prises pour des petites choses fragiles qu'il faut protéger : on sait se démerder et se défendre toutes seules. J'assume maintenant complètement ma grande gueule (c'est même un atout sur le track). J'envoie plus facilement chier les gens quand ils me gonflent. Je me laisse encore moins faire.
Dans le métro, les "frotteurs" avant je leur disais pas grand chose. J'ai la chance qu'un regard vénère suffisait pour les dissuader (paraît que j'ai le regard expressif, ils doivent y voir leurs bollocks en bandoulière). Mais maintenant, je suis prête à me battre, et à les afficher devant tout le monde. Plus d'inquiétude, plus d'hésitation, plus de question à cause du "qu'en dira-t-on". Ce n'est pas moi qui suis en tort, bordel. C'est eux.
Quand je me sens pas en sécurité, je suis prête à retourner une droite au premier qui me cherche, et à me battre de toutes mes forces. Je n'accepte plus tout ce manque de respect fait aux femmes sous prétexte que nous sommes "le sexe faible". Que nous "cherchons" quand on se fait emmerder quand notre jupe est "trop courte". (je savais pas qu'il y avait une longueur minimum imposée, hein...). 

Je deviens de plus en plus intolérante face aux incivilités faites aux femmes. Tout ce sexisme latent que tout le monde trouve normal (genre le Stabilo pour les femmes, pour ne parler que des sujets les plus récents. Comme si les femmes avaient besoin d'un stylo spécial pour elles, comme si elles ne savaient pas gérer les choses faites pour les mecs. Tellement représentatif de la perception de la femme dans notre société.) Et le fait que j'accepte encore moins tout ça, je trouve ça bien, en fait. Parce que si un jour j'ai des gosses, j'aimerai qu'ils aient la même vie, fille ou garçon. Que je n'ai pas à dire à ma fille de faire attention quand elle rentre seule le soir, qu'elle ne soit pas prise pour une bouffonne sous prétexte que c'est une nana, etc.

Roller derby, sexisme, Roller, quad

 

Mais le derby fait aussi que je me pose aussi plus de questions : mardi j'étais au concert de Steel Panther. Des nanas ont fini seins nus à se frotter de façon assez suggestive aux membres du groupe. Ma première pensée à propose de ces nanas est "mais putain, respecte-toi là". Mais maintenant, contrairement à avant, je me dis ensuite "Mouais, après tout, elles font ce qu'elles veulent". Parce qu'après tout, c'est pas parce qu'elles ont décidé de montrer leurs boobies que ce sont des "chaudasses" pour autant. 

Et finalement, je me dis quand même une chose : heureusement que le derby est là. Ce sport permet de faire avancer les choses, et là on a des montagnes à déplacer. Vu l'engouement pour le sport, j'espère bien que ça continuera comme ça. Les montagnes bougeront plus vite. Car les hommes qui font du derby font aussi parti de ces mecs qui, de par l'esprit véhiculé par ce sport, ont du respect pour les femmes. Car, heureusement, des mecs biens, il y en a aussi... (Même si certains prennent le derby pour un repère à vagins. Une minorité, heureusement.)

Ah et attention, révélation : les filles pètent, rotent, et font caca. Et même que ça pue. OUAIS.

21:10 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : roller derby, sexisme, roller, quad